Abdelghani Cheriaf

Le consul général d'Algérie à Montréal
au cœur d'un scandale de moeurs

Une commission d’enquête vient d’être mis en place par le ministère des affaires étrangères ,afin de lever le voile sur les agissements du Consul général d’Algérie à Montréal ,Mr Abdelghani Cheriaf . C'est ce que nous apprend une sourcé bien informée
L'affaire dans son ensemble concerne la relation extra-conjugale qu'entretient le Consul général avec une employée contractuelle.

Jusque là ce qui pouvait se limiter à une histoire d'ordre privée, a pris une autre tournure lorsque les locaux du consulat ,et ce en pleine journée ont été utilisés pour les ébats sexuels du consul général et ce, même le week-end .

Pis encore, avant l'arrivée de Abdelghani Cheriaf, Mme H était mise en cause dans une affaire de fraude à la carte de crédit bancaire par la justice canadienne . Sa fille  employée auprès d'une compagnie de cartes de crédit a usé de la position de sa mère pour accéder aux dossiers des ressortissants algériens établis au Canada afin d’établir des cartes de crédit en leurs noms et de ce fait déclarer à son employeur de bons résultats de ventes. 

Cependant, après quelques temps ,vu les plaintes reçues par l'employeur concernant des cartes de crédits établies à l'insu de leurs propriétaires, le pot aux roses a été découvert ,et les services de police canadiens sont remontés jusqu’à Mme H et  sa fille qui ont usé des informations confidentielles des ressortissants algériens et même de certains diplomates afin d’établir de fausses cartes de crédits pour lesquelles la fille de Mme H percevait des commissions.

En conséquence le cas de cette employée du consulat d'Algérie était à l’étude en vue d'un licenciement car les autorités canadiennes ont informés le consulat d’Algérie de ses agissements.

Cependant, il y a eu un changement de chef de poste, qui a vu l'arrivée de Mr Abdelghani Cheriaf en tant que Consul Général en 2015 . L
e nouveau Consul général ne donnera pas suite au dossier de Mme H. Et pour cause, il venait d'entamer une relation extra-conjugale avec elle. Pis encore le Consul a mis à sa disposition les ressources du consulat afin de la protéger. Par exemple la désignation de l'avocat conseil du consulat, qui est rémunéré par l’Etat algérien, afin de défendre Mme H auprès de la justice canadienne pour son affaire de fraude à la carte de crédit .

La relation intime qu'entretenait le consul avec sa collaboratrice connue par l'ensemble du personnel donnera naissance à une véritable chasse aux sorcières, en harcelant et menaçant quiconque tentait de dénoncer leurs agissements. Personnel mis sur écoute, tentative d’intimidations, mise au placard des diplomates et employés contractuels du consulat, et menace de licenciements, sont devenus le quotidien des gens activant au consulat,sans parler de la main mise de Mme H sur la gestion du consulat.  Le consul se devait de faire plaisir à sa maîtresse .

S'installe, alors, un climat de délation et de pression qui a eu pour résultat de créer une situation chaotique au consulat. L'anarchie ayant pris place dans tous les services, exposant ainsi les ressortissants algériens à un service des plus médiocres. Il est arrivé que des ressortissants algériens ont essuyé insultes et injures de la part du consul général à la moindre contestation. Des vidéos attestant d'un tel comportement sont disponibles sur les réseaux sociaux .

La relation du consul avec Mme H a rapidement fait le tour de la communauté. Celle qu'on surnomme dorénavant la dame en bleu (pour son penchant à cette couleur dans ses habits) s'est affirmée comme la nouvelle patronne du consulat, les ressortissants ont vite fait de comprendre que pour un traitement rapide de leurs doléances il valait mieux consulter directement la maîtresse du consul, une petite contribution financière au passage pourrait être vue d'un bon œil.

NDLR: Mon journal qui a payé le prix le plus fort pour avoir refusé la censure, publie cette correspondance particulière tout en invitant le consul général d'Algérie à Montréal à user de son droit de réponse ainsi que sa collaboratrice Mme H qui se reconnaît certainement dans ce récit.

Mon journal le 02 /02/2017
ce site a été créé sur www.quomodo.com