Abdelmalek Sayeh

Limogeage de l'ancien protégé du cabinet noir,
Abdelmalek sayeh de l'OCRC

Alger 20 mars 2016 16h18
Une source proche de l'Office central de répression de la corruption (OCRC) indique qu'il est mis fin aux fonctions du directeur de cette structure, Abdelmalek Sayeh. Le décret présidentiel a été signé jeudi dernier. 
Il est à rappeler que Abdelmalek Sayeh passait pour l'un des protégés de l'ancien patron de l'ex-DRS, le général Tewfik. Il était aussi l'homme de main de l'ancien cabinet noir qui dirigeait le pays durant la période sanglante des années 90'. Il s'était distingué, notamment, par sa prise en charge du dossier de Boumarafi l'assassin du feu président Mohamed Boumediene. Le dossier de l'assassinat qui devait être traité par le tribunal militaire de la 5ème région militaire, du fait que le crime a été commis par un militaire dans l'exercice de ses fonctions sur le territoire de la 5ème région militaire.

Un limogeage qui coincide avec le retour de Chakib Khelil

Les membres du cabinets noir que dirigeaient, à cette époque, les généraux Khaled Nezzar et Larbi Belkheir, respectivement ministre de la défense nationale et ministre de l'intérieur. En récompense de sa complicité, Abdelmalek Sayeh passe allègrement du corps de la justice à celui de la diplomatie en se oyant nommé consul général à Bordeaux avant de rejoindre le même poste à Tunis. Une fois son compte bancaire bien garni à l'étranger il rentre en Algérie pour diriger  l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Onldt) avant de se voir désigner  Directeur général de l’Office central de répression de la corruption (Ocrc)  le 28 décembre 2011. A la tête de cet office, Sayeh brilla par sa scandaleuse passivité devant toutes les affaires de corruption qui ont secoué le pays dont celui de l'autoroute Est-Ouest, Sonatrach I&II et bien d'autres dans une Algrie où la corruption est érigée en système.


ce site a été créé sur www.quomodo.com