Abdelwahab Boukezouha

les crimes des généraux algériens de nouveau devant la justice

Abdelwahab Boukezouha est décidément, le cauchemar des généraux algériens impliqués dans des crimes contre l'humanité durant la décennie sanglante. L'homme qui a contraint l'ancien homme fort du régime algérien, le général Khaled Nezzar,  à prendre la poudre d’escampette en pleine nuit.  On se souvient, qu'en attendant l'autorisation de vol, l'encien enfant de troupe de l'armée coloniale avait passé une nuit blanche dans la carlingue de l'avion dépêché en urgence par Bouteflika. C'était il y a 15 ans, presque jour pour jour.

Abdelaziz Bouteflika complice des généraux criminels

Évitant d'avoir un ancien sous-officier de son armée coloniale, la France officielle a trouvé un subterfuge pour classer l'affaire sans suite. De son côté Abdelwahab Boukezouha a vu sa famille subir toutes sortes de représailles de la part des autorités d'Alger. Après avoir refusé l'offre de de 450.000 Euros pour retirer sa plainte,l'un de ses enfants, alors âgé de 14 ans avait été enlevé et envoyé en prison pour 5 longues années sans jugement aucun. Cela s'était passé sous Bouteflika. Nacer El-Djen, un tortionnaire connude tout le monde passait à Boukezouha son fils au téléphone avec un pistolet sur la tempe pour implorer son père de retirer sa plainte. Aucun père ne saurait rester impassible ou indifférent en entendant les cris de son enfants sous la torture. A contrecœur, il dut se résigner en retirant sa plainte. 

10 ans plus tard il rejoint Seddik Daadi dans sa plainte contre le général Nezzar à Genève et eut le plaisir de voir ce dernier menotté et malmené par la procureur fédéral qui lui interdisait de sortir fumer en lui rappelant qu'il était un accusé comme n'importe quel autre accusé. par conséquent, il ne pouvait bénéficier d'un quelconque privilège comme celui de sortir fumer. Cette plainte est en cours d'instruction.

15 ans après  la plainte de Paris,  Abdelwahab Boukezouha récidive et saisit de nouveau la justice française  contre les généraux auteurs de crimes contre l'humanité. "La plainte a été déposée depuis à peine 3 mois" nous dit-il. Il est convoqué par les services de police de paris le 26 avril à 11h00 pour s'expliquer sur les motifs de la plainte et fournir ses preuves.


Le livre "La Mafia des Généraux" comme document et son auteur comme témoin

Comme preuves ds crimes, Boukezouha s'appuie sur le Livre "La Mafia des Généraux" paru en février 2002 aux Editions J.C Lattès. Son auteur Hichem ABOUD est cité comme témoin.

C'est la première fois que "La Mafia des généraux" est cité comme document dans une affaire de justice. Personne, depuis sa parution n'a saisi les instances judiciaires algériennes ou étrangères ne serait-ce que pour demander l'ouverture dune information judiciaire pour confirmer ou infirmer les nombreuses accusations qu'il recèle contre le régime algérien.

La seule fois où ce livre avait été présenté devant un tribunal c'était le 10 novembre 2011 pour qu'il soit condamné à ne pas être diffusé en Algérie. Une décision de justice unique dans les annales du monde du livre. Son auteur, Hichem Aboud, condamné à une année de prison ferme par contumace avait obtenu l’acquittement au cours d'un procès public au tribunal d'Hussein-Dey à Alger le 10 novembre 2011 à son son retour au pays après 14 ans d'exil forcé, en prouvant que l'accusation " diffamation, outrage à corps constitué et dénonciation calomnieuse" n'était pas fondées en les prouvant avec preuves à l'appui. 

Appel à témoins

Les victimes des crimes contre l'humanité se comptent par milliers. Ceux qui sont morts, sous la torture ou dans des exécutions sommaires, ont des parents et des victimes pour défendre leur mémoire. Abdelwahab Boukezouha les invite  à se joindre en qualité de plaignants ou témoins. Ils sont nombreux à résider en Europe.

La plainte de Boukezouh a de fortes chances d'aboutir puisqu'il n'est plus possible de poursuivre en Algérie les criminels de la décennie sanglante depuis la promulgation de la loi portant réconciliation nationale initiée par Abdelaziz Bouteflika en contrepartie de son investiture à la tête de l'Etat algérien par les généraux criminels.

Mon journal le 10-04-2016 12h06

Abdelwahab Boukezouha l'homme courage

Il faut avoir les nerfs solides, un courage à toute épreuve et une coriace force de caractère pour pouvoir supporter et surmonter les épreuves endurées par cet ancien champion de natation dans les années 60 et 70.

L'enfant de Belcourt, avait porté haut les couleurs algériennes dans les épreuves de natation aux quatre coins du monde aux côté des Rachid Mesli*, Hakim Khemissa,  Bouiche Mahfoud, les Affane et d'autres champions produits de la piscine du CREPS de Ghermoul d'Alger ou de la piscine de Sidi M'cid de Constantine ou de la piscine municipale d'Oran. Il sera aussi champion de waterpolo avant de devenir entraîneur de l'Equipe Nationale de la même discipline.
Dans la vie civile, Abdelwahab Boukezouha faisait partie du corps paramédical. Il était directeur de la polyclinique Nacéra Nounou de Belouizdad jusqu'au jour où il fut arrêté et jeté dans un camp du sud sans que ne soit retenue contre lui la moindre infraction. Il vivra dans des conditions infra-humaines comme plus d'une dizaine de milliers d'Algériens  dont le célèbre footballeur Salah Assad, son compagnon de camp.

Libéré, Abdelwahab Boukezouha sera frappé d'une privation de ses droits civiques sans qu'aucun jugement ne soit rendu et sans qu'il ne soit traduit devant un tribunal. Pas de droit de réintégrer son poste de travail. pas le droit de subvenir aux besoins de sa famille. Harcèlement policier au quotidien. Tous les moyens sont mis pour le pousser à prendre les armes et rejoindre les groupes armés dans les maquis. Il ne cédera jamais aux provocations et ne tombera pas dans le piège d'un régime mafieux qui alimente au quotidien la révolte pour mieux entretenir sa répression contre le peuple algérien. 

Las de subir quotidiennement la "hogra", Boukezouha est contraint à l'exil, comme beaucoup de milliers d'Algériens, . Il traversa clandestinement la méditerranée à bord d'un ferry effectuant le trajet Alger-Marseille, il se lance dans le combat pacifique mais efficace contre le régime algérien mafieux. Son combat consiste à poursuivre ses bourreaux devant les juridictions internationales.

C'est ainsi, qu'il monta des dossiers de plainte en 2001 contre le général Nezzar en France. Une deuxième en 2011 à Genève aux côté d'un autre combattant de la liberté , un champion de Karaté, Seddik Daadi. Et enfin, cette troisième plainte à Paris.

Avec dix hommes comme Boukezouha le régime algérien aurait été conjugué au mode du passé simple. malheureusement, ces hommes tardent à se manifester. Espérant qu'avec la dernière initiative de Boukezouha, la révolte des Tizi-Ouzéens qui ont déchiré le portrait géant de Bouteflika, la grève des enseignants contractuels et ces citoyens isolés qui dénoncent Bouteflika à travers les réseaux sociaux, les Algériens finiront par conjuguer leurs efforts pour vaincre la peur et en finir avec un régime qui les longtemps méprisé.

10811639_1546337592278407_1759028957_n.jpg
Abdelwahab Boukezouha en compagnie de Hichem Aboud, l'auteur de La Mafia des Généraux
WP_20160409_18_44_36_Pro.jpg

Vos commentaires

Dahmani Arezki a dit il y a moins d'une minute
@Bouzidi Achour, un lâche pense que tout le monde est comme lui. Donc, il n'y a que toi qui est lâche
ce site a été créé sur www.quomodo.com