Ahmed Ouyahia

Lettre ouverte à Ahmed Ouyahia
Directeur de cabinet du Président de la république

Monsieur Ahemd Ouyahia.

 On a pu vous voir, récemment, apporter votre soutien, lors de l’organisation d’une compétition internationale,  à Mostaganem, au nom du président de la république.

Cette manifestation, annoncée comme organisée sous le haut patronage du président de la république Abdelaziz Bouteflika, en était à sa 4 ème édition.

Savez-vous Mr Ouyahia, que cette compétition fait l’objet de publicité mensongère ? Les cavaliers étrangers participants, sont annoncés comme étant les meilleurs cavaliers au monde, alors que la grosse majorité participe pour la première fois à ce niveau ?

Savez-vous, que pour la première fois, les athlètes algériens n’ont pas eu à payer leurs frais de participation, et ce, suite aux réclamations répétées faites sur les réseaux sociaux, certains journaux, et le site equitalgerie ?

Savez-vous que les étrangers viennent tous frais payés, prise en charge complète, traversée par bateau comprise, alors que les algériens doivent assumer leurs transports et leur hébergement ?

Savez-vous, Mr Ouyahia, que l’organisateur de l’évènement, perçoit des subsides des autorités, mais que la comptabilité est complètement opaque ?

Savez-vous, que l’organisateur est aussi président de la fédération équestre algérienne, FEA, et que cette dernière est gérée selon son bon vouloir ? Que sous couvert de légitimité de l’assemblée générale, il fait passer les décisions qui l’arrangent pour ses affaires personnelles ?  Cette assemblée générale composée majoritairement par les membres  issus  de l’équitation traditionnelle, et qui décident pour ceux concernés par les disciplines olympiques alors qu’ils ne sont pas concernés ?

Savez-vous que Mr Metidji, président de fédération, organisateur de concours, éleveur, industriel et riche propriétaire, fait concourir ses chevaux personnels sous drapeau français ? Lors des épreuves enregistrées dans le cadre des festivités du 1er novembre, des chevaux en rapport  avec des importations au dinar convertible,  sous la selle de cavaliers français, battant pavillon français, en totale contradiction avec l’éthique, bafouant le sentiment national, se pavanent sur le sol algérien, sous le haut patronage du président de la république Abdelaziz Bouteflika.

Êtes-vous au courant, Mr Ouyahia, qu’un conflit d’intérêt flagrant existe, de par la désignation du cavalier personnel de Mr Metidji,  partenaire commercial en Europe de ce dernier, en tant que sélectionneur   national ?

Savez-vous que la sélection pour la compétition qui s’est déroulé au Maroc il y a un mois, a été faite en écartant des cavaliers méritants, dont la place était désignée selon les critères mêmes de la FEA ?

La délégation comportait 27 personnes pour 12 chevaux, et les dépenses faramineuses n’ont jamais été communiquées, comme les frais de transport des chevaux par avion, en une période où on entend des discours parlant de gestion des affaires de façon transparente, rigoureuse, sans gaspillage…

Savez-vous, Mr Ouyahia, que sous le chapitre «  Dépenses liées à l’activité sportive », un livre de photos d’une grande inutilité, qui d’ailleurs invendable, croupit depuis des mois dans des cartons, dans les locaux de la fédération, et qui a couté 2millirds 600 millions, a été édité par la fédération, dont le seul point positif serait d’avoir été préfacé par le président de la république.. ?

Vous ignorez certainement, Mr Ouyahia, que les statuts régissant notre fédération sont tenus secrets, et que pour les avoir demandé, cela a valu à un cavalier d’être menacé de voir sa licence de compétition internationale retirée .

En plus de tant d’autres écarts et détails de gestion, vous savez maintenant, Mr Ouyahia, que ceux à qui vous avez apporté votre soutien le samedi 5 novembre en direct sur les ondes de canal Algérie pour l’organisation d’un concours, utilisent l’image de la présidence de la république et de l’état que vous incarnez, pour mieux vendre leurs activités, et ancrer dans l’esprit de tout un chacun,  qu’ils sont proches du pouvoir et ont donc autorité.

 Abderrahmane Djilali.

Le 13 novembre 2016 
ce site a été créé sur www.quomodo.com