ANP 2

La médaille de bravoure pour des généraux vieillissants
et la mort pour de jeunes soldats

Le 5 juillet derniers quatre généraux de corps d'armée (Ahmed Gaïd Salah, Mohamed Mediène dit Tewfik, Ahmed Boustila et Benali Benali) ont été décorés de la médaille de bravoure nouvellement instituée pour récompenser les militaires méritants pour des actes courageux accomplis dans le cadre de leurs fonctions.

Hormis un commandant (Hamza  dont on n'a même pas évoqué l'acte accompli) aucun autre militaire n'a eu droit à cette distinction. J'ai beau cherché quel acte de bravoure auraient bien pu accomplir ces généraux septuagénaires qui ne quittent leurs bureaux que pour rentrer chez eux à bord de véhicules blindés et entourés de pas moins d'une quinzaine de garde de corps. Je n'ai pas trouvé un seul haut fait d'armes qui puisse être mis à l'actif de vieux shnocks qui se mettent au garde à vous devant un président impotent incapable de leur esquisser le moindre sourire et dans l'incapacité physique et mentale d'assurer le commandement des forces armées. C'est plutôt les ordres du frère cadet du président de la république, Saïd Bouteflika, que ces généraux de corps d'armées exécutent sans oser exprimer la moindre contestation.

Est-ce de la bravoure le fait de fermer les yeux et se fermer la gueule alors que l'Etat algérien est frappé de plein fouet par un pouvoir mafieux qui ne se soucie ni du passé glorieux de l'Algérie ni de l'avenir d'un peuple qui s'est distingué par le sacrifice suprême des meilleurs de ses enfants? 

Alors que ces "courageux" généraux se faisaient décorer d'une médaille qu'ils ne méritent nullement, de jeunes soldats à la fleur de l'âge tombent dans l'anonymat imposé par un pouvoir qui prétend avoir fini avec le terrorisme alors qu'il ne fait que l'entretenir pour mieux asseoir sa domination et imposer son despotisme par le feu et le sang au nom de la lutte antiterroriste. 

Vendredi 1er jour de l'Aïd, pas moins de 11 jeunes soldats sont tombés sous les balles assassines d'une horde terroriste qui accompli bien sa sale besogne pour faire durer le pouvoir d'un régime sanguinaire et tyrannique en entretenant le climat d'insécurité qui sert de prétexte à ce régime mafieux pour se pérenniser.

Ces lâches assassins incapables de tirer, ne serait-ce, qu'un pétard mouillé contre une ponte du régime s'attaquent lâchement au pauvre peuple et à des soldats qui ne portent nullement leurs chefs dans leur cœur mais c'est la pauvreté, la misère et le chômage qui les ont amené à se faire enrôler dans une armée qui demeure malgré l’impopularité de ses chefs une institution populaire aimée par le peuple.  

La honte, toute la honte à ces généraux septuagénaires qui déshonorent notre armée et que Dieu tout puissant accueille ces jeunes soldats martyrs du devoir, dans son vaste paradis





chahid1.jpg
Photos de quelques uns des soldats tombés dans l’embuscade d'Aïn Defla que nous a fait parvenir une source bien informée
chahid2-262x300.jpg
chahid3-222x395.jpg
chahid4.jpg
chahid5-300x300.jpg
chahid6-239x500.jpg
houssem-200x300.jpg
صور لبعض الجنود الذين سقطوا في كمين الغدر
11755479_387665328109066_4230531815220616306_n.jpg
promo 305.jpg
هناك مثل شعبي يقول "الموت تدّي وردة تشمّها، ما تدّيش زبلة تغمّها" و الحديث قياس

Attentat d'Aïn-Defla
Réaction tardive de Bouteflika et son ami Hollande

Sous d'autres  cieux la réaction du chef de l'Etat à un attentat terroriste qui fait une dizaine de victimes, ne se fait pas attendre. Elle est immédiate et énergique. Nous avons eu tout récemment l'exemple de la Tunisie et de la France.
En Algérie, la vie d'un algérien ne vaut plus rien. La mort des 9 soldats tombés dans une embuscade terroriste le jour de l'Aïd El-Fitr  a été d'abord passée sous silence par le ministère de la défense nationale.

24 heures après la diffusion de l'information par les moyens d'information nationaux et internationaux que la direction de la communication du MDN a confirmé l'attentat en donnant le nombre exact de morts et de blessés. Et ce n'est qu'à aujourd’hui 23 juillet, soit une semaine plus tard, que le président de la république a fini par sortir de son coma médiatique pour réagir et présenter ses condoléances aux familles des victimes. Cette réaction qui a tardé à venir de la résidence présidentielle médicalisée de Zéralda a obligé le président français, François Hollande,  à attendre Bouteflika pour présenter, à son tour, ses condoléances aux autorités algériennes.

Pourtant, rédiger une lettre de condoléances ne demande pas beaucoup d'efforts aux conseillers du président chargés de l'habituelle besogne. Mais, comme ce sont de simples larbins qui n'osent pas prendre la moindre initiative ils font les morts et attendent les ordres du président par procuration le fameux frère cadet du président qui agit à l'ombre.
ce site a été créé sur www.quomodo.com