Colonel Amirouche

La fondation Colonel Amirouche est née

La fondation Colonel Amirouche est née aujourd'hui, 5 novembre 2016 au musée régional du Moudjahid à Tizi-Ouzou (M'douha). Une importante cérémonie s'est déroulée en cette occasion à laquelle ont pris part d'importantes personnalités historiques et politiques dont.Djjamila Bouhired, Salah Goudjil, cdt Azeddine, Yacef Saadi, Si Ouali, les fils de Ali Mellah, le frère de Krim Belkacem, messes, Azzi, et autres  moudjahidines..côté officiel le ministre des moudjahidines, l'ancien ministre mohamed chérif Abbès,  Cherif Rahmani, Wahid Bouabdellah député à l'APN, Meziane Cherif ancien ministre de l'intérieur, et d'autres cadres du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie et autres partis à l'image de Tarik Mira, Djamel Ferdjellah, Mme Boukrif   la famille Bacha et autres cadres et militants notamment du RCD. Evidemment, était présent Noreddine Aït-Hammouda, le fils du défunt.

La famille sportive était, également, présente à cet important événement à travers des anciens joueurs de la JSK et de l'Equipe Nationale de football.

Cette fondation est appelée à voir d'autres naître pour perpétuer le souvenir de ces hommes illustres qui ont consenti le sacrifice suprême pour la reconquête de la souveraineté de l'Algérie.

Même mort, le colonel Amirouche faisait peur. Pour preuve son corps avec celui du colonel Si El Haouès étaient placés dans une cave de la gendarmerie nationale durant de longues années. Cette décision prise par Houari Boumediene, alors chef de l'Etat n'a jamais livré ses secrets. Personne n'a réussi à expliqué de manière convaincante la décision de Boumediene de ne pas inhumer le corps de ces deux glorieux martyrs symbolisant deux régions frondeuses que sont la Kabylie et les Aurès ichawiyen. D'ailleurs, les deux hommes sont tombés au champ d'honneur ensemble comme pour symboliser cette symbiose entre les deux régions dont ils sont issus et qui sont considérées comme le berceau de la révolution de novembre 1954. Deux régions qui continuent, à ce jour, à souffrir de la marginalisation et du mépris des gouvernants de l'ombre.
Hichem Aboud

05 novembre 206
ce site a été créé sur www.quomodo.com