Kabylie

La folie de Sellal: Il veut l'embrasement de la Kabylie

"C'est le MAK" (Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie) qui est derrière ce qui se passe à Ghardaïa" a déclaré le premier ministre Abdelmalek Sellal au cours de sa visite aux chaâmbis . Une déclaration qui ne manquera pas de mettre le feu aux poudres en Kabylie, surtout si elle venait d'être suivie par l'arrestation de Bouaziz Aït-Chebib, le président du MAK et trois autres responsables de ce mouvement, comme annoncé, hier, par trois journaux arabophones 'Echourouq, El-Bilad et Ennahar). Ainsi, le régime signera son extrait de décès sur la terre kabyle

En accusant le MAK d'être derrières les troubles que connaît la vallée du M'zab depuis deux années, Abdelmalek Sellal ne se limite pas à chercher des faux-fuyants et à fuir les responsabilités de l'Etat algérien  dans ce qui arrive à une population connue pour son pacifisme et sa passivité. Il va plus loin. Il cherche l'embrasement de la Kabylie.

Certes, le premier ministre est connu pour être quelqu'un qui ne saisit pas la portée de ses maladresses. Mais, appeler à tirer à balles réelles sur les manifestants pour "imposer la paix par la force" comme il dit et aller provoquer une région frondeuse comme la Kabylie, il faut être inconscient pour le faire. 

En  accusant le MAK publiquement d'être derrières les tragiques événements, Sellal prépare-t-il le terrain pour l'arrestation, dans les heures qui viennent, de Bouaziz Aït-Chebib et trois autres de ses compagnons comme annoncé, hier, par trois journaux arabophones proches des cercles du pouvoir? Si c'est le cas, il faudrait s'attendre à un été chaud pour le régime. Faut-il rappeler à Sellal la réaction du peuple kabyle en 1980 juste pour l'interdiction d'une conférence que devait donner Mouloud Maameri à Tizi-Ouzou? Faut-il lui rappeler ce qu'avait engendré en 2001 l'assassinat du jeune Massinissa Guermah dans les locaux de la gendarmerie nationale? A lui d'imaginer un peu les conséquences de l'arrestation de quatre responsables d'un mouvement bien ancré dans la région. 

Si dans la vallée du M'zab, les habitants connus pour leur pacifisme ne disposent pas d'un mouvement aguerri aux revendications et aux luttes contre le despotisme et la tyrannie du pouvoir, en Kabylie les choses sont toutes autres. Sellal et ses acolytes doivent se rappeler qu'il y a à peine quelques mois, c'était le 20 avril, le MAK avait réussi à mobiliser plus de 4000 manifestants pour la seule ville de Tizi-Ouzou pour célébrer le printemps berbère.

Ces rappels doivent suffire à un premier ministre, qui passe le plus souvent pour un pitre, de bien réfléchir -lui et ses acolytes- avant de toucher à un cheveu d'un Kabyle. Il n'a pas intérêt à jouer avec le feu. L'embrassement de la Kabylie risque fort de sonner le glas pour un régime qui fait, jusqu'ici, cavalier seul sur une scène politique aride manquant d'hommes capables de tordre le cou à un clan mafieux qui n'a fait que du mal à l'Algérie et à son peuple. Abdelmalek Sellal est bien dans son costume de fou du roi. Celui de guerrier ne lui vas pas. Surtout pas dans les montagnes kabyles.

Hichem ABOUD
10/07/2015

Vos commentaires

MAGHREBIN a dit il y a plus d'un an
Chers frères Algériens, je dois d'abors m'adresser aux dirigeants de ce pays frère, pétié pour votre peuple, essayer d'être souple envers vos citoyens, la rigidité q...

Suite aux menaces de Sellal et Ouyahia
Le MAK met la Kabylie en alerte

L'alerte est donné en Kabylie par le Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie. C'est ce que nous apprenons d'une source proche de la direction du MAK. 

"" L'occupation du terrain ne se fait pas juste pour le plaisir d'occuper le terrain. Elle résulte d'une stratégie car aucun combat ne peut se faire en dehors du terrain. La présence sur le terrain aide à briser la peur et le silence, à sensibiliser  et à conscientiser, à rendre le mouvement populaire au lieu de le cloîtrer dans un espace restreint des intellectuel, à faire participer le peuple dans la lutte , à mobiliser les citoyens autour d'un objectif commun.  Sans ce travail, aucune stratégie n'est valable. Une stratégie répond aux besoins , au contexte et aussi au moyen dont on dispose. au jour d'aujourd'hui, ce qu'il faut faire pour parer à l'éventuelle arrestation des militants du MAK c'est de créer une cellule d'information qui va communiquer avec la presse, mettre sur pied un collectif d'avocat pour défendre les détenus, préparer notre diaspora à agir et à se mobiliser et en fin il faut que ceux qui se prennent pour des intellectuels s'impliquent dans le combat au niveau de la réflexion pour nourrir nos actions avec de nouvelles idées. " lit-on dans un message qui parvenu à notre rédaction. 



le 14/07/2015

Le président du MAK répond aux menaces de Sellal et d’Ouyahia



 DNCP à Tizi-Ouzou
« Tenu pour responsable dans les événements de Ghardaïa et en flagrant délit de soutien aux Châambas depuis deux années à travers ses services de sécurité, le régime algérien acculé par la baisse de la rente pétrolière choisit la manière radicale pour venir à bout de la résistance dans le M’zab et apparemment de la marche irrésistible du peuple kabyle vers sa libération » lit-on dans un communiqué que le MAK vient de nous envoyer. Dans ce communiqué, daté du 14 Juillet 2015, le président du MAK, en l’occurrence Bouaziz Aït Chebib dénonce l’attitude de deux responsables Algériens et non des moindres : Sellal, chef du gouvernement et Ouyahia , chef du cabinet de la présidence de la République. Ces deux hauts responsables ont « lancé  des menaces à peine voilées contre les responsables du MAK. Des journaux arabophones satellites du pouvoir et des Wahhabites, connus pour leur haine contre la Kabylie, révèlent
 l’intention du régime algérien de procéder à l’arrestation de hauts cadres du MAK, comme il vient de le faire dans le M’zab » poursuit le communiqué. Le président du MAK ne mâche pas ses mots et met ces deux hommes devant leurs responsabilités : « Le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie, fort par son ancrage populaire et par la détermination de ses milliers de militant(e)s et de sympathisant(e)s met en garde l’État algérien contre toute dérive répressive en Kabylie. Les aventuriers du régime arabo-islamique doivent comprendre que rien n’arrêtera notre peuple dans sa quête de liberté. Notre mouvement foncièrement pacifique et démocratique ne compte pas se laisser intimider par des menaces venant d’un régime autocratique ». Le MAK avertit sur toute forme de manipulation et refuse catégoriquement qu’on lui porte le chapeau de ce qui se déroule à Ghardaïa. « Des représailles à huis clos ! » tel est
 le désir « du pouvoir mafieux ». Le MAK a toujours affiché son soutien indéfectible à toute région réprimée ici ou ailleurs : « son soutien au peuple mozabite découle d’une question de principe. D’abord, il s’agit d’un peuple Amazigh connu pour son pacifisme. Ensuite, il est victime d’une grande opération de spoliation de ses terres et de ses biens par les Châambas instrumentalisés par le pouvoir et les centres salafistes. Enfin, il est du devoir du MAK de se positionner contre l’injustice d’où qu’elle vienne et quelle qu’en soit la victime » précise le président du MAK dont le mouvement  «  enregistre une adhésion populaire sans précédent, en dépit des campagnes de désinformation, d’intimidation et de censure orchestrées par le pouvoir et ses relais, appelle le peuple kabyle à la vigilance et à ne pas céder à la provocation »
.
A.K.
ce site a été créé sur www.quomodo.com