Khomri

Khomri en passe de battre le record de Bouteflika

Tandis que son épouse médecin s'occupe de la santé des Algériens de seconde zone, le Ministre Abdelkader Khomri se soigne en France comme tous les nababs du régime. Ses soins durent depuis plus de deux mois et demi. Il est en passe de battre le record de son président Abdelaziz Bouteflika avec le confort en moins.

Le Ministre de la Jeunesse et des Sports qui n'a jamais pratiqué le sport et qui est trop vieux (63 ans) pour comprendre les jeunes est un enfant du système pur et dur. Lui qui n'a jamais connu ce que c'est travailler et se lever tôt a depuis sa tendre jeunesse, il s'est incrusté dans les sphères du régime au adhérant à la défunte Jeunes du Front de Libération Nationale.  Avec la  création de l'Union Nationale de la Jeunesse Algérienne (UNJA) en 1975 il va se faire une place dans l'instance dirigeante de la nouvelle organisation en qualité de délégué de Béchar sa ville natale. D'ailleurs, il usera de son appartenance à Béchar, à fond, en s'autoproclamant son représentant dans le cadre du supposé équilibre régional.

Secrétaire national de l'UNJA, après avoir bénéficié d'une bourse d'étude en France sans parvenir à terminer son cursus universitaire, il ne quittera plus la sphère du système en se montrant parfait opportuniste et larbin par excellence.

Ainsi, il s'est fait une place sous les régimes successifs jusqu'à obtenir le poste de ministre de la jeunesse et des sports en 1992 dans le gouvernement Belaïd Abdessalem. Un poste qu'il garde 9 mois avant de se retrouver chez lui accroché au téléphone à la recherche d'une "casquette de sauvetage" (entendre par là un parrainage d'un général). En vain. Aucun militaire ne lui accorda la moindre importance en dépit de ses innombrables appels du pied.

Il dut attendre l'arrivée de Bouteflika auprès duquel il multiplia les courbettes jusqu'à se voir nommé en juin 1999 président Directeur Général de l'ANEP. Un poste qui prendra de l'ampleur au bout d'une année en prenant plus de poids en voyant passer sous son contrôle les imprimeries étatiques. Abdelkader Khomri est alors, président du Directoire du Groupe Presse et Communication. à partir de 2000. 

En 2004, pour fausse manœuvre dans ses offres de services aux parrains du système, il se trouve éjecté de son poste. Son purgatoire durera 5 ans. Il fallait attendre la campagne électorale du 3ème mandat de Bouteflika durant laquelle il fit preuve d'un étonnant laxisme en matière d'allégeance et de soumission au maître des lieux.

Il est alors nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l'Algérie auprès des Républiques de Pologne, de Lituanie, de Lettonie et d'Estonie. (décembre 2009 jusqu'à 2014) Et de là, il efectue son retour au gouvernement d'abord à la tête du département de la jeunesse avant d'annexer les sports une fois Mohamed Tahmi renvoyé chez lui sans explication aucune.

Malade et incapable d'assumer ses fonctions depuis 2 mois et demi, Khomri garde son poste au ministère quitte à bloquer ce département et le paralyser à l'image du pays entier.

Khomri en convalescence à Paris

Après un long séjour de près de deux mois dans un hôpital parisien, le ministre de la jeunesse et des sports, Abdelkader Khomri, a quitté jeudi dernier (16 juillet) l'établissement où il était hospitalisé. Et comme Monsieur le ministre a besoin de se reposer après les soins, il reste à paris pour une période de convalescence le temps de reprendre ses forces.

Nous avons appris de source proche de l'ambassade d'Algérie à Paris, Khomri a dîné le jeudi, veille de l'Aïd, chez son excellence l'ambassadeur qui s'est très bien occupé de ce privilégié du rsystème et qui a été de tous les régimes qui se sont succédés de Boumediene à Bouteflika en passant par Chadli, Kafi et Zeroual. Sans compétences aucune, Abdelkader Khomri a toujours su nager dans les eaux d'un système qui a fait de la médiocrité et de la flagornerie deux critères essentiels pour choisir ses pions.

Khomri et Benyounes limogés et place à Ould Ali El HADI AUTRE LARBIN DE SERVICE

Celui qui trouvait géniale son expression "Bouteflika gère le pays avec sa tête et non pas par ses pieds" vient d'essuyer un bon coup de pied au derrière par celui qu'il ne cessait de faire les éloges les plus extravagantes et les plus honteuses pour quelqu'un qui possède un minimum de dignité.

Amara Benyounès, c'est de lui qu'il s'agit, après avoir tourné le dos à ses camarades du RCD en reniant ses principes (comme s'il en avait) et après s'être enlisé dans la mouvance de la corruption (un quotidien d'information en Kabylie, une imprimerie et de nombreux biens immobiliers) le KDS (Kabyle De Service) s'est illustré comme l'un des plus grands flagorneurs du régime. C'est ce qui lui a valu le titre du plus grand chiyat de la république. Il ne s'attendait guère à son limogeage dit-on dans son entourage.

Autre surpris par un coup de pied au derrière, l'enfant discret du système, Abdelkader Khomri qui vient de rentrer de France où il s'était soigné durant deux longs mois. Aussitôt rentré au pays, aussitôt renvoyé du gouvernement. Il ira s'accrocher de nouveau à son téléphone non plus à la recherche d'une casquette (elle n'a plus de pouvoir) mais à la recherche d'un proche de Saïd ou de Haddad pour continuer l'aventure bouteflikienne.

Un nouveau chiyat KDS au gouvernement

Comme le régime de Bouteflika ne conscre gu-re la compétence mais la flagornerie et la soumission, c'est un larbin inféodé au pouvoir des Bouteflika qui s'était distingué à Tizi-Ouzou lors de la campagne présidentielle d'avril 2014 qui succède à Abdelkader Khomri au ministère de la jeunesse et des sports. Jusqu'ici il n'a jamais exercé une quelconque fonction ministérielle. Le plus haut poste occupé à ce jour est directeur de la maison de la culture de Tizi-Ouzou. Il s'agit de Ould Ali El Hadi.
2013-08-3430_10_556199532.jpg
Ould Ali El Hedi, le nouveau ministre
de la jeunesse et des sports

Abdelkader Khomri surpris par son limogeage

Alors qu'il s'apprêtait à faire son retour au ministère en grandes pompes en organisant une conférence de presse prévue pour le 1er août, Abdelkader Khomri le désormais ex-ministre de la jeunesse et des sports a été surpris par son limogeage du gouvernement Sellal.

Lui qui avait chopé un virus en Guinée Equatoriale lors de la dernière CAN, il s'estimait avoir attiré la compassion du président et se sentait libre à l'abri de toute mauvaise surprise. Une mauvaise surprise qui a bien fini par arriver pour qu'il laisse sa place à l'un des poulains d'Ali Haddad le bien nommé Ould Ali El-Hedi qui s'est beaucoup donné lors de la campagne présidentielle d'avril 2017 au service du candidat favori.
ce site a été créé sur www.quomodo.com