Le M'zab 3

Tragédie du M’zab :
L’urgence d’une solution politique

FORUM DE SOLIDARITÉ EUROMEDITERRANNÉENNE

LYON


 Jamais le conflit opposant les Chaâmbas aux Mozabites qui dure pourtant depuis de nombreuses années, tranchant avec le laxisme des pouvoirs publics, n’a connu d’épisode aussi meurtrier : plus d’une vingtaine de morts, plusieurs dizaines de blessés et d’arrestations. Ces violents événements qui ont endeuillé les populations du M’zab, il y a quelques jours, ont marqué ainsi un tournant gravissime dans l’évolution de ce conflit, et le pire est à redouter après ce massacre, si une solution politique adaptée n’est pas mise en œuvre sans délai.

 

          L’arrestation du docteur Kamel-Eddine Fekhar[1], et d’une vingtaine de ses compagnons, le jeudi soir dernier par les services de police à Ghardaïa en violant l’enceinte d’une mosquée et en y utilisant les armes à feu, ajoutée à la décision du chef de l’État d’impliquer cette fois-ci directement l’armée (désignation du commandant de la 4e Région militaire) dans le règlement du conflit  éminemment politique qui resurgit dans le M’zab augurent mal de l’avenir proche de cette région.

 

          En réduisant cette crise complexe à ses dimensions strictement sécuritaires, en désignant la « main de l’étranger » dans la violence intercommunautaire à Ghardaïa et en procédant à l’arrestation des militants des droits humains - pour imposer  le silence - qui n’ont pas cessé d’informer et d’alerter l’opinion publique algérienne et internationale de la gravité de la situation sécuritaire dans le M’zab, les autorités se trompent gravement de diagnostic.

 

          Casser le thermomètre n'est pas la meilleure façon de faire baisser la température et procéder à l’arrestation du docteur Fekhar, c’est se tromper de cible, alors que certains des repentis, installés grâce aux sommes colossales d’argent public dans des quartiers de Ghardaïa, n’ont pas hésité à appeler ouvertement au meurtre sans être arrêtés pour autant. 

 

          Désigner la main de l’étranger sans fournir plus de précisions revient à s’affranchir de toute responsabilité dans ce conflit alors que les fréquents assassinats dans le M’zab signent l’échec de l’État en dévoilant au grand jour son incapacité à accomplir son premier devoir à l’égard des citoyens, tel que prévu par la loi fondamentale, celui de garantir leur sécurité et leurs biens.

 

          La main de l’étranger est à rechercher du côté des tenants de l'expansionnisme islamiste, du côté de certains pays du Moyen-orient ; des prêches sont régulièrement diffusés par la chaîne satellitaire saoudienne Iqra, appelant au meurtre des ibadites, prêches que des élus de Ghardaïa ont maintes fois dénoncés. Rappelons que le Wali (préfet) de Ghardaïa a été jusqu’à mettre sur un pied d’égalité des inscriptions murales représentant l’étendard de Daech et l’insigne amazighhttp://www.webdo.tn/wp-content/uploads/2012/03/Symbole-de-l%C3%A9tendue-du-territoire-berbere-photo-kwoon.info_.jpg, symbole de l’identité berbère des Mozabites.

 

          La solution à ce conflit passe d’abord par la capacité de l’État à imposer la cessation immédiate et sans condition des hostilités. Ensuite, il est de la plus grande sagesse, et dans un souci d’apaisement, de libérer le docteur Fekhar et ses compagnons tant que leur culpabilité n’a pas été établie par une juridiction au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à leur défense sont assurées. Les responsables des violences et leurs complices dans l’administration et les forces de sécurité doivent être arrêtés et traduits devant les tribunaux pour répondre de leurs actes. La question économique et sociale - facteur aggravant de ce conflit - doit être prise sérieusement en charge par le lancement d’un important programme de développement économique spécifique à la région.

 

          Enfin, parce que ce conflit est fondamentalement politique, le traitement policier et administratif a vite montré ses limites ; il convient de s’attaquer aux causes profondes de ces troubles qui sont l’ignorance de l’histoire plusieurs fois millénaires de l’Algérie par un enseignement objectif et sans censure de son histoire, débarrassé de tout contenu idéologique mystificateur, et la sacralisation d’une seule doctrine politico-religieuse (sunnite) et d’une seule école juridico-religieuse (malékite) de l’islam.

 

          Par peur d’elle-même, par peur de sa diversité, la société algérienne n’a cessé de s’automutiler et de s’appauvrir culturellement. Elle a au contraire plus que jamais besoin d’une parole politique forte qui la rassure et assume sa diversité culturelle et cultuelle. Celle-ci est synonyme de sa richesse et ne constitue nullement une menace à sa cohésion ni à son unité. Bien au contraire c'est l’unicité et l’uniformité, et non la diversité caractérisant toute société, qui est susceptible de menacer l’unité d’un pays.


[1] Médecin, militant mozabite très connu et membre actif du bureau de la Ligue algérienne de défense des Droits de l’Homme (LADDH). 

L'Assemblée Mondiale Amazighe interpelle l'UE

Rachid Raha, président de l'Assemblée Mondiale Amazighe dont le siège e trouve à Bruxelles, a adressé, vendredi 17 juillet, une lettre au Parlement européen k'invitant à user de son jnfluence sur les pouvoir algérien pour la libration de Kameleddine Fekhar et ses compagnons que le juge d'instruction du tribunal de Ghardaïa a accablé de graves accusations passibles de la peine capitale avant de les placer sous mandat de dépôt.  

Le contenu intégral de la lettre

Honorable Président M. Martin SCHULZ

Honorables Eurodéputées et Eurodéputés,

du Parlement Européen

 

Objet : tueries, violences, abus et exactions dans le M’Zab et accord d'association UE/Algérie


Excellences,

Permettez-nous de vous rappeler la Résolution du Parlement européen sur l'incarcération des militants des droits de l'homme et des travailleurs en Algérie (2015/2665(RSP) adoptée ( www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+MOTION+P8-RC-2015-0418+0+DOC+XML+V0//FR&language=fr ), récemment, le 30 avril dernier où vous précisez que :

«  l'Algérie est liée par l'article 2 de l'accord d'association, qui stipule qu'un élément essentiel de l'accord est le respect des principes démocratiques et des droits fondamentaux de l'homme, par le pacte international relatif aux droits civils et politiques, par le pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels ainsi que par la charte africaine des droits de l'homme et des peuples, et que l'Algérie a donc l'obligation de respecter les droits de l'homme universels, dont la liberté de réunion et d'association; » et vous priez : «  instamment les autorités algériennes de mettre fin à toutes les formes de harcèlement et d'intimidation à l'encontre des militants pour le droit au travail et des défenseurs des droits de l'homme ». En plus vous demandez : « aux autorités algériennes de garantir le droit à un procès équitable et d'assurer au moins la garantie du droit à la défense de tous les détenus, dont les défenseurs des droits de l'homme et les militants pour le droit au travail,… ».

Les autorités algériennes, au lieu de respecter cet accord et améliorer la situation des droits de l’homme, en Algérie, violent les droits de l’homme les plus élémentaires. En témoignent les graves événements dans la région du Mzab où les autorités algérienne, dans leur folie obsessive de continuer à mener une politique génocidaire à l’encontre du peuple mozabite, soutiennent la communauté arabophone « Chaânba » contre la communauté autochtone amazighe. Les derniers évènements retiennent l’assassinat de 25 personnes en sus de plus de 70 blessés.

Au lieu de déployer leurs efforts à protéger les  personnes et leurs biens, les services sécuritaires Algériens (polices, gendarmes et agents de renseignements) violent tous les instruments internationaux des droits humains et piétinent toutes les lois nationales et conventions internationales ainsi que l’accord d’association avec l’Union Européenne.


En se comportent comme une force coloniale et d’occupation, et au lieu de traduire devant la justice les vrais criminels, les services sécuritaires algériens détiennent des dizaines de militants des droits humains dont notre représentant le Dr. Kameleddine Fekhar, président délégué de l’Assemblée Mondiale Amazighe pour le Mzab. Ce dernier continue d’être soumis à d’interminables interrogatoires de la part de la DRS et les autorités algériennes voudraient lui accoler de très graves accusations comme celle d’atteinte à l’intérêt national et outrage à corps constitué.

Les massacres de civils sont très lourds et le bilan ne fait que s’empirer comme en témoignent les photos et les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux. Le peuple mozabite aspire à vivre en paix dans ses terres ancestrales et à jouir de ses droits identitaires et culturels et de ses manifestations religieuses.


Excellences,

Dans la résolution précitée, le parlement européen « demande instamment aux autorités algériennes, à la vice-présidente de la Commission et haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et au Service européen pour l'action extérieure d'inclure, dans le futur plan d'action UE-Algérie, un chapitre important sur les droits de l'homme qui exprime la volonté politique ferme d'encourager ensemble, de jure et de facto, la promotion et la protection des droits de l'homme conformément à la constitution algérienne et aux traités internationaux relatifs aux droits de l'homme ainsi qu'aux instruments régionaux africains relatifs aux droits de l'homme auxquels l'Algérie est partie; est d'avis que des objectifs spécifiques en matière de droits de l'homme devraient être adoptés dans le plan d'action UE-Algérie et qu'ils devraient s'accompagner d'un calendrier de réformes à entreprendre par l'Algérie, avec la participation essentielle de la société civile indépendante; demande la définition d'indicateurs permettant l'évaluation objective et régulière de la situation des droits de l'homme en Algérie; »

Dans ce sens, nous vous demandons de faire de votre mieux afin d’exercer une pression sur les autorités algériennes dans le but d’arrêter, immédiatement, cette tragédie humaine, de libérer urgemment tous les détenus politiques, d’arrêter les poursuites contre les militants des droits humains et d’ouvrir une enquête internationale impartiale sur le massacre de ces citoyens pacifistes, à défaut de bloquer carrément l’accord d’association Union Européenne-Algérie.


En vous remerciant de l’intérêt que vous pourrez porter à cette requête et en attendant votre réponse, veuillez agréer nos salutations les meilleures 


Rachid Raha

Président et chargé des relations internationales 

de l’Assemblée Mondiale Amazighe

التجمع العالمي الأمازيغي
الأمل قائم لتدخل الهيئات الدولية قبل حلول الكارثة

 

اليوم الاثنين, اليوم الثالث عشر من الإضراب عن الطعام الدي يقوم به الدكتور فخار كمال الدين و رفيقه قاسم سوفغالم في سجن المنيعة بغرداية , الوضعية الصحية لكليهما وصلت مرحلة الخطر انخفاض حاد في مادة السكر في الدم و الضغط الدموي , تنفس ضعيف و لا يقوى عن المشي , كلها أعراض قد تصل الى حد الموت ان لم نتدارك الأمر .

مازال أملونا قائم لأن تتحرك الهيئات الدولية قبل حدوث الكارثة و حينها يسجل التاريخ مدي تأخر الأمم المتحدة في انقاد مناضلين في حقوق الإنسان كانا يناشدونها قبل عام للتدخل لحماية شعب أت امزاب , تأخرت وعشنا تصفية عرقية بأتم معنى الكلمة حيث راح أكثر من عشرون ضحية و المئات من العائلات مشردة و المئات من الشباب الدي كان يدافع عن نفسه و ممتلكاته في وقت اتخذت الأجهة الأمنية وضعية ضد أمازيغ أت امزاب و الآن هدا الشباب ملاحق من طرف العدالة الجزائرية لتنهى بدالك ما خطط له النظام الجزائري في خطة ممنهجة لطمس الهوية الأمازيغية لشعب أت امزاب .

أمالنا قائم ليتحرك البرلمان الإتحاد الأوروبي قبل فوات الأوان و حدوث الصدمة حينها يسجل التاريخ ان حكومات الإتحاد الأوروبي وقفت مع نظام ديكتاتوري المستبد ضد شعارها الأسمى حقوق الإنسان أو بالأحرى التزمت الصمت و أخذت موقف الحياد .

نداءاتنا لا تتوقف ولا تنتهي الى كل المنظمات الغير حكومية في مجال حقوق الإنسان و الى المنظمات الأمازيغية  و الشخصيات العالمية لإنقاذ مناضلين لطالما وقفا ضد التعسف و انتهاكات السلطة الجزائرية .

مندوب الجزائر للتجمع العالمي الأمازيغي

سكوتي خضير

                  الجزائرفي27:/07 / 2015 

ce site a été créé sur www.quomodo.com