Mohamed Tamalt

2 ans de prison fermes
pour le journaliste Mohamed Tamalt

Poursuivant son escalade contre les libertés démocratiques et notamment la liberté de la presse et de l'expression, le régime despotique de la fratrie Bouteflika vient de condamner de manière honteuse le journaliste Mohamed Tamalt à 2 années de prison fermes.

Arrêté le 27 juin à son domicile à Alger, Mohamed Tamalt a été placé en détention préventive pour une infraction qui ne va pas plus loin qu'une amende de 500.000 Dinars. Par conséquent la détention préventive est illégale. 
Il est reproché au journaliste algéro-britannique un poème écrit à la "gloire" de Bouteflika et des écrits publiés sur sa page Facebook dénonçant les ministres d'un gouvernement qui se caractérise par le vol et la rapine. 

Malheureusement, la presse algérienne, domptée dans sa majorité et aliénée à un pouvoir corrupteur, n'a manifesté aucune solidarité avec le journaliste. Certes, Mohamed Tamalt  s'est distingué par ses attaques contre ses confrères et consœurs de la corporation. tout comme il s'était laissé entraîner dans la nauséabonde manipulation menée par la bande de Saïd Bouteflika la veille de la présidentielle d'avril 2014 en se retournant contre le candidat Ali Benflis par une lettre diffusée par la chaîne de télévision An-Nahar connue pour son larbinisme et sa soumission aux décideurs de l'heure. Mis, cela ne doit pas nous empêcher de nous solidariser avec ce journaliste qui demeure, tout compte fait, farouchement hostile au clan mafieux des Bouteflika et leurs sbires.

Mon journal le 11/07/2016
22h10
ce site a été créé sur www.quomodo.com