Hamid Grine

hamid Grine construit sa deuxième villa aux frais d'un patron de la presse stipendiée

Hamid Grine, ce ministre de la communication désigné par Saïd Bouteflika pour larbinisme et flagornerie sait très bien que son poste ne va pas durer. Alors, il fait vite de ramasser ce qu'il y a à ramasser. Il multiplie les voyages à l'étranger. Et si les policiers des frontières lui ont baissé le froc à l'aéroport d'Orly sans qu'il ne rouspète c'est qu'ils ont leurs raisons.

A Alger, il s'empresse de construire une deuxième villa qu'il compte louer à une société étrangère, en devises sonnantes et trébuchantes, pour s'assurer une retraite dorée à paris comme beaucoup de prédateurs qui ont eu à malmener l'Algérie durant de longues années.

Pour construire, sa villa, Hamid Grine ne trouve pas mal de "généreux donateurs" qu'on recrute parmi la faune de la presse stipendiée. En contrepartie de quelques pages de pub supplémentaires des patrons de presse consentent à "prêter" des sommes faramineuses au ministre "démuni". Ainsi, l'un de ce patrons qui se prend pour le nombril de la presse algérienne et qui jouait un certain temps au "James Bond" de la presse en se faisant passer pour un officier de la Sécurité Militaire (complexe quand tu nous tiens!) n'a pas hésité à mettre sur le compte bancaire de Ghani Gedoui (qui se souvient de ce pseudo qui sévissait sur TSA durant la campagne électorale du 4ème mandat de fakhamatouhou?), pas moins de 5 milliards de centimes. Une somme qu'il saura comment récupérer.

Eh oui, le petit biskri à l'accent bônois qui débarqua un jour au lycée Et-Thaalibiya d'Hussein-Dey au début des années 70 a fait du chemin. Aujourd'hui il renie ses origines et ne connaît plus la route qui mène à Biskra ni celle qui mène à Annaba. la villa, il la construit à Alger pas à Biskra.

ce site a été créé sur www.quomodo.com