Sidi Râle

ENNAHAR, la chaîne des cons-pétants

Le billet de Sidi Râle encore !
Quoi de mieux pour une chaîne télé minable composée de pseudo-animateurs auto-proclamés qui, après manger, s'essuient avec du PQ (papier toilettes) car ils ne font pas la différence entre leurs bouches et leurs trous du c...., que de viser un intellectuel de haut rang (Rachid BOUDJEDRA et qu'importe qu'on n'aime ou pas) et âgé de surcroît pour l'humilier, de tourner en dérision la religion d'un pays, de ridiculiser les institutions de l'état et de prendre tout un peuple pour un gaga décérébré qui gobe tout ? Où sont les gendarmes de l'audio-visuel Algérien ??? L'état, le peuple, sa croyance et les représentants de sa matière grise de par le monde ont été salis par une vidéo sur le net de 11 minutes, à l'issue d'une caméra ...Gâchée de cette pseudo chienne de télé qu'est ENNAHAR ! ENNAHAR n'aurait jamais dû voir...Le jour ! ENNAHAR devrait s'appeler "INTIHAR" au regard du suicide artistique pratiqué dans ses coulisses ! ENNAHAR doit adopter ce slogan : "Je pète donc j'existe même si je pue !" ENNAHAR et sa pub : "Le bazar d'ENNAHAR ou la pratique du con-art !" ENNAHAR et ses animateurs sont comme les angles...Y'en a qui sont obtus, y'en a qui sont aigus, y'en a surtout qui sont plats mais jamais on en trouve des droits ! ENNAHAR, la chaîne de l'art-trose, de l'art-tichaud, de l'art-naque mais cela ne la dérange pas puisqu'elle privilégie l'art-money de son groupe ! Pour elle, là est le plus important... Quand ENNAHAR passe à a caisse, elle ne se formalise pas...L'état, le peuple, la religion, le savoir et l'art...Tout le monde y passe et trépasse et qu'importe la casse ! Alors mes cher(es) compatriotes, vous savez ce qui nous reste à faire... Il est temps qu'il fasse NUIT pour ENNAHAR ! Boycottons la ! Djamel B dit Sidi râle

Le 08/06/2017

A taaable, le peuple est cuit !

Comment abrutir un peuple et se le farcir pour le spolier de sa liberté, de ses droits et de ses richesse ? Voilà la recette : 1/ A l'issue d'une révolution victorieuse offrant l'indépendance à un peuple et pour réussir la mise en place d'un état despotique, d'abord prendre soin de corrompre, d'écarter ou d'éliminer les vrais résistants encore vivants qui refusent que les planqués et les collabos, pendant la révolution, prennent le pouvoir. 2/ Imposer une langue de bois garnie d'herbes de religiosité. 3/ Falsifier l'histoire avec un zeste de culot. 4/ Créer un faux mythe, l'imposer et le sacraliser avec des lauriers. 5/ Mélanger le tout avec un beau et unique droit qui est celui de se taire afin que le peuple soit bien mariné. 6/ Chauffer à petit feu et disperser le peuple quand il commence à revendiquer. 7/ Phase importante pour réussir la recette; si le peuple ne prend plus des vessies pour des lanternes, il faudrait le retourner, l'infiltrer et le gaver avec une bonne rasade de religion saupoudrée d'un maximum de manipulations afin que le chaos prenne ! 8/ Laisser mijoter ainsi longtemps pour que le peuple se vide de son sang et de ses révoltes jusqu'à ce qu'il implore grâce à son détriment. 9/ Après dix ans de cuisson à vif (durée moyenne de répression pour que la pâte de la soumission s'établisse), le peuple est prêt à servir et à obéir en disant merci à celui qui l'a cuisiné. 10/ Un conseil : Afin de satisfaire les perpétuelles gourmandises et convoitises de ceux qui s'enrichissent aux détriments du peuple en le gouvernant de force, garder toujours à portée de main les mêmes ingrédients de la recette et surtout ne jamais éteindre le feu ! Telle est la cuisine cannibalesque de la maffia-politico-financière d'un pays où la tricherie est établie comme règle et l'honnêteté comme exception ! Aujourd'hui, on en est à : "Heureux les martyrs qui n'ont rien vu"... Quand est ce qu'on pourrait dire "Fiers de nous auraient été nos martyrs !" ?
Djamel B dit Sidi râle


Les rats-tisseurs de la toile
ou le drame algérien !

La toile du net est devenue l'exutoire de la jalousie et de la haine de certains ignares qui prétendent être Algériens et pseudo intellectuels de surcroît ! Heureusement que le ridicule ne tue pas sinon les réseaux sociaux deviendraient de gigantesques cimetières à tel point que même les fossoyeurs deviendraient une denrée rare ! Ils s'érigent en donneurs de leçon sans avoir appris les leurs... Ils jurent détenir l'absolue vérité occultant qu'ils n'ont d'absolu que leur ignorance.. C'est les nouveaux rats-fûts, les rats-d'auteurs, les rats-bouts-gris, les rats-thé, les rats-masse miettes, les rats fa, si, la, si, ré les pompes de leurs commanditaires tout en chantant...Le propre du dégueulasse ! Algérie, où vas-tu avec de tels énergumènes ? Raisons pour lesquelles tu te noies dans ton marasme actuel... L'échelle de tes valeurs est inversée... On confond guêpe et abeille, socialement parlant... On confond maçon et architecte, économiquement parlant... On confond propriété et responsabilité, politiquement parlant... A tel point qu'un plombage coûte plus cher chez un plombier que chez un dentiste ! D'où l'effet "Dunning-Gruger", scientifiquement prouvé... "Une personne incompétente ne se rend pas compte de son degré d'incompétence... Une personne incompétente tend à surestimer son niveau de compétence... Une personne incompétente ne parvient pas à reconnaître la compétence chez ceux qui la possèdent véritablement" Darwin n'avait pas tort : " L'ignorance engendre plus souvent la confiance que ne le fait la connaissance". Et Sidi râle dit toujours qu'un idiot devrait toujours se taire afin qu'il bénéficie du doute car quand il parle, il confirme qu'il l'est ! Et comme il n'arrête pas de parler, qu'il assume son bonnet d'âne, juste le bonnet parce qu'un âne est plus respectable que ce genre d'énergumènes !
Djamel B dit Sidi râle

Le 12/06/2017

Mon songe

J'ai fait un drôle de rêve...
Je dormais tranquillement quand mon sommeil a fait l'objet d'une intrusion caractérisée sous forme d'un rêve pédagogique m'expliquant les raisons des folies et des turpitudes du monde d'aujourd'hui.

"Selon les trois religions monothéistes (la torah, la bible et le coran), Adam et Eve se sont retrouvés sur terre après avoir désobéi à Dieu. Bien qu'ils aient eu tout ce qu'il fallait au paradis, peinards tranquilles, ils n'ont pas pu s'empêcher d'aller "grailler" le fruit d'un arbre que Dieu leur a défendu ! Décidément... La connerie de l'espèce humaine est donc héréditaire ! Bon, quelque part cela nous arrange au vu de tout ce qui se passe aujourd'hui de par le monde... Enfin, passons... Donc l'office de l'émigration divine les expulse de l'éden parce qu'ils n'avaient que des feuilles de vigne comme papiers et qu'ils avaient consommé sans honorer le règlement. Ils se retrouvent donc quelque part en Afrique ou quelque chose comme ça (forcément...Par exemple, on n'expulse pas un Algérien d'Algérie vers l'Europe, il ne faut pas déconner ni rêver d'ailleurs !) Bon, ils copulent et ont deux grands garçons, Caïn et Abel dont un est devenu une racaille du coin qui buta son frangin pour je ne sais quelle raison (peut-être qu'il était en manque de quelque chose...). Ben dis donc, il était déjà mal barré notre monde à ses débuts. Alors, les trois qui restent, comment ont-ils fait pour avoir une descendance ? Mais bien sûr, bon sang de bonsoir de Amar Bouzouar (juron franco-arabo-kabyle), j'ai compris ! Les trois religions monothéistes nous disent clairement que l'être humain est un désobéissant, un expulsé de l'éden sans parachute qui a atterri sur terre avec son paquetage féminin et qu'après un bon fratricide, il a procrée en ayant recours à l'inceste et à l'échangisme pour assurer sa descendance... Le monde d'aujourd'hui est débile parce qu'il est issu de croisements entre individus étroitement consanguins et ce depuis le début de l'histoire dite de l'humanité ! Je fus réveillé au moment où des hommes barbus en gandouras avec des escogriffes de la politique protégés par des uniformes étoilées habitées par des gros individus moustachus et patibulaires essayaient de me faire avaler des couleuvres !". Je n'oublierai jamais cette dernière image furtive du rêve qui s'estompait et le drame est que... La réalité est pire !
Djamel B dit Sidi râle

Le 15/06/2017

Le berger, le loup, les chiens et le troupeau


De tous temps, les bergers étaient les fidèles gardiens des troupeaux

Aux aurores, le troupeau jubilait au son des pas du berger fier et beau

Lui et ses chiens veillaient au grain

Le troupeau broutait sans souci du lendemain

Il avait entièrement confiance en le berger et ses chiens

A la moindre alerte, les braves bêtes se rassemblaient autour de l’homme sans peur

Il lui suffisait de brandir son bâton pour faire détaler le plus audacieux des prédateurs

Jusqu’au jour où mine de rien et à petits pas dont lui seul avait le secret…

Un grand méchant loup s’incrusta dans cette communauté paisible et heureuse dans les prés

Personne ne fit attention à lui avec son allure soignée et sans danger

Et pour cause…Il était déguisé en berger !

Il tint à peu prés ces quelques propos au véritable gardien du troupeau :

« Mon cher ami, toi si grand et si beau…

Perdre ton temps à veiller sur un misérable troupeau !

Je ne comprends point ta persistance

A protéger des êtres sans intelligence

Que gagnes-tu si ce n’est qu’un morceau de galette

Pour toute une journée d’alerte ?

Fais comme moi et pense à ta personne

Deviens gros et dodu avant que ton heure ne sonne

Trompe et disperse ton troupeau

A chaque coin, à un mouton fais la peau

Raconte aux autres que tu as perdu ton bâton

Et que le troupeau a désobéi au patron…

Le soir venu, farcis toi un méchoui gratuit

Ainsi tu vivras une vie aisée et sans ennui ! »

Le berger, n’ayant jamais mangé à sa faim, fut séduit par l’idée proposée

Il éparpilla le troupeau, égorgea quelques moutons  et mangea  à sa faim après avoir osé

Les chiens à ses pieds couchés

Lorgnaient sur les beaux quartiers de viande  sans pouvoir y toucher

Quant au grand méchants loup, il devint le maître des lieux

Dés que débuta son règne, tous les villageois rêvaient de faire partie de son milieu

Le troupeau désemparé demanda secours aux chiens

Ce fut une tentative en vain

Les chiens faisaient le beau pour obtenir un frugal repas comme prix

A défaut d’os, ils léchèrent les bottes des maîtres pervertis

Voyant le troupeau ravagé, destiné à une fin certaine

Un des moutons aux longues cornes enroulées décida, un jour, de prendre les rênes

Il sensibilisa ses semblables et les encouragea  à se défendre

La révolte naquit avec une liberté au bout à prendre

Le troupeau chargea le loup qui, sous le nombre, refusa la bataille

Et préféra fuir pour se cacher dans de lointaines broussailles

Quant au berger et ses chiens, ils assistèrent, impuissants, au grand départ du valeureux troupeau

Le troupeau avait décidé de changer de pâturage pour y vivre loin de l’homme et de ses chiens fous

Guidé par le brave mouton aux longues cornes enroulées, le troupeau paissait librement sans craindre la perfidie des loups

Le brave mouton aux longues cornes enroulées avait raison :

Et cela est valable pour la nature humaine qui oublie de se poser des questions

« Méfiez vous des apprentis bergers qui ont faim

Méfiez vous des loups qui changent de teint

Méfiez vous des chiens qui mangent dans toutes les mains

Un berger n’acceptera jamais d’être et de vivre comme un mouton, malgré ses oripeaux

Mais un mouton peut être berger tout en vivant au sein du troupeau ! »

 

L’auteur que je suis n’est pas  Jean de la Fontaine

Mais un cri du cœur qui raconte une métaphore Algérienne

Dont la chute est heureuse et qui finit bien 

Espérant qu’un jour, il en sera ainsi pour tous les Algériens

 

La fable, Djamel B Sidi râle !

 

Le 17/06/2017



Algérienator 2,
le retour : Les aliens cyborgs sont toujours là

Le billet long, Sidi râle plus encore!


Interview d'un Algérien ayant émigré en France à la fin du mois  d’octobre 1988, de retour dans son pays en 2002.
-Le journaliste :"Présentez vous à nos lecteurs M Sidi râle (le nom a été remplacé par mon pseudo)"
-Sidi râle : "J'avais 30 ans quand  les événements d'octobre 1988 ont eu lieu en Algérie. J'étais cadre fonctionnaire dans un ministère mais en parallèle je faisais du théâtre, de la radio, un peu de télé et j'écrivais épisodiquement des billets dans un journal local, après avoir été gardien de football proche de l'élite..."
-LJ : "Si je comprends bien, vous n'étiez pas démunis et que vous occupiez bien votre temps"
-SR :"Oui effectivement, c'est parmi les meilleurs moments que j'ai vécus dans ma vie à ce jour; Cela dit, je n'étais pas riche mais j'avais mes parents, mes amis, les copains, les copines, les senteurs, ma joie de vivre et celle des autres..."
-LJ :"Alors pourquoi avoir émigré ? "
-SR : "Parce que, sans prétention aucune, j'ai pressenti ce qui allait advenir de l'Algérie ! "
-LJ : "Et qu'est ce qui motivait ce pressentiment ?"
-SR : "L'alchimie arabo- islamo-baâthiste depuis les  années 70-80 était entrain de prendre en s'alliant aux incompétences de Chadli, de la nomenklatura et de la mafia-politico-financière du moment…"
-LJ : "Les maux de notre pays, à ce moment, tout le monde les connaissait et en était  conscient !"
-SR : "Oui, effectivement  néanmoins, avant la concertation et les accords entre les gouvernants et les barbus pour créer le FIS, il y avait un semblant de quiétude,…De paix tacite fragile, en quelques sortes...
Mais dès qu'il y a eu cette alchimie entre le régime (Chadli, Belkheir, Hamrouche etc...) et les islamistes radicaux (Belhadj, Abbasi etc), c'était comme condenser  de la glycérine (glycérol) à l'acide nitrique…Il ne restait qu'à chauffer au delà de 30 degrés pour que cela explose et le plus grave est qu'on n'avait ni eau ni carbonate de sodium  nécessaires pour que cette nitroglycérine devienne neutre et cela a généré les années noires…

Un autre fait, qui pourrait paraître anodin, a eu aussi un impact dans ma décision d'émigrer.

 A la fin d'octobre 1988, j'ai proposé un billet dont le titre était "AINSI DIEU..." relatif aux dangers de l'extrémisme religieux et son côté insidieux. Il  m'a été refusé par le rédacteur en chef sans aucune explication…Il est possible que le service de la censure du canard eût reçu des ordres émanant de plus haut, allez savoir ?
LJ : "Et vous êtes partis convaincu d'avoir raison"
-SR : "Oh (soupir), j'aurais bien aimé me tromper mais les évènements tragiques qui en ont suivi m'ont, hélas, donné raison. D'ailleurs, juste après les événements d'octobre 88, j'ai écrit une nouvelle qui s'est avérée prémonitoire et dont le titre est « L'attente ou rêve d'une jeunesse » que je publierais, peut être, un jour"
-LJ : "Vous êtes partis donc fin octobre, début novembre 88…Et depuis, êtes vous revenus en Algérie ? "
-SR : "Oui...Pour trois jours, en 1999…Comme l'odyssée de l'espace de la série télévisée de l'époque (sourire forcé)"
-LJ : "Soit 11 ans plus tard..."
-SR : "C'est cela, parce que je savais que tôt ou tard, en restant, mon sort aurait était scellé au même titre que ceux qui ne sont plus là, victimes de la barbarie bête dans sa théorie et aveugle dans son action (que Dieu ait leur âmes)"
-LJ : "Vous pensez que vous auriez pu être victime du terrorisme ?"
SR :"Qui ne l'était pas pendant cette décennie atroce à part ceux qui savaient ce qui allait advenir et que j'ai cités précédemment ? 
Bien sûr que j'aurais pu être victime du terrorisme puisque un ami d'enfance venait souvent demander à mon frère, sous couvert de prendre de mes nouvelles, quand est ce que je viendrai rendre visite à ma famille et par la suite, il s'est avéré qu'il faisait partie d'une cellule de quartier œuvrant pour le GIA"
-LJ :"Et comment vous vous en êtes sortis en France ?"
-SR : "Cela est une autre histoire que je vous raconterai un jour en détails et que je résume ainsi :
Mon parcours en France est à l'image de tout Algérien cherchant désespérément à réussir chez lui, en vain, et qui reprend tout à zéro ailleurs, fuyant l'intégrisme religieux allié aux manipulations et au despotisme du régime.
Retour à la case départ à 30 ans, seul chez les autres...L'arabe de service, comme disent les mauvaises langues !
La crainte du policier pour défaut de papiers, le dodo dans les entrepôts des métros, le sandwich sans date de péremption à moitié prix à la gargote du coin à la propreté douteuse...
Et puis les petits boulots au noir payés une misère à l’image de mon grand désarroi, les missions d'intérim sans lendemain, équipier chez Mac do avec une fausse carte de séjour, videur dans des boîtes malfamées et puis un mariage, une carte de séjour, gardien d'immeuble, agent de sécurité, chef de poste, garde du corps des VIP, chef du personnel, directeur des ressources humaines, chef d'une petite entreprise avec une deuxième nationalité, une maison, une épouse, des enfants, une voiture, des vacances…Une vie normale quoi …Mais pour une majorité de compatriotes en Algérie, cela ressemble au paradis sur terre qui demeurera inaccessible pendant toute leur vie sans garantie de celui de l'au delà et c'est à ce niveau que le prosélytisme religieux à outrance trouve ses terreaux pour cultiver un intégrisme religieux venu d’ailleurs en garantissant justement ce paradis éternel dont les prêcheurs haineux eux même ne sont pas  prêts d’y être !

Dieu n’est pas dupe, raison pour laquelle les portes de l’éden demeureront  toujours fermées face à ceux dont les mains sont souillées par le sang des innocents…Souillures indélébiles sur les mains des commanditaires et leurs sbires, tous coupables !

Que le chemin fut long mais l'Algérien est ainsi fait !

Fier, coriace, courageux, productif, fidèle et militant pour peu qu'on reconnaisse ses mérites et ses droits"
-LJ : "Rendez-vous est pris alors pour cette deuxième partie de votre vie"

-SR : "Oui, promis....Je veux juste conclure en disant que la France m'a adopté après que j'aie été renié et rejeté par ceux qui ont pris "ma mère, l'Algérie" comme concubine et quatre épouses terrestres au nom d’un droit divin  en attendant, disent-ils, de disposer, dans l’au-delà, de 72 vierges célestes après avoir massacré avec la complicité d'un pouvoir manipulateur  des innocents au nom d'un Dieu nommé ALLAH qui, lui, n’a rien à voir avec la cruauté des suppôts de Satan !

-LJ : "On termine sur cette phrase en précisant que notre pays, aujourd'hui, vit en paix dans un état démocratique avec des dirigeants élus aux suffrages universels dans la transparence"

-SR : "Oui, un peu comme vous…Vous êtes désignés et payés pour  le dire…Je vous comprends… »

 

Pour la deuxième partie de l'histoire relative à ma vie en France, ce journaliste ne m'a plus jamais recontacté et je n'ai plus entendu parler de lui !

Sa dernière phrase n'a, apparemment, pas suffi à satisfaire la susceptibilité du régime et celle de la sentinelle religieuse radicale...

 

État démocratique et suffrages universels dans la transparence en Algérie qu'il disait...Le pauvre …

A force de transparence, il est devenu invisible !

https://ci6.googleusercontent.com/proxy/RnNZfQn2o2xpggJQqefCOervMbPIci5mujDPJnvl43kv6Rtxjyh5gHN_JKVzeU-aaGz3pePFgxfoAAtZJZNx8mveVTc-11j98EfuAJVcumUenA=s0-d-e1-ft#https://ssl.gstatic.com/ui/v1/icons/mail/images/cleardot.gif

Djamel B dit  Sidi râle !

Le 24/06/2017

 


ce site a été créé sur www.quomodo.com