Mohamed Tamalt

Décès du journaliste Mohamed Tamalt en prison

Mohamed Tamalt, journaliste algéro-britannique est décédé ce dimanche 11 décembre à l'hôpital Mohamed Lamine Debaghine de Bab-El-Oued à Alger alors qu'il purgeait une peine de 2 ans de prison prononcée au mois de juin dernier.

La mort du journaliste suscite moult interrogations. Elle n'est pas causée par la grève de la faim qu'il avait entamée le  28 juin, date de sa mise en détention, comme le reconnaît l'administration pénitentiaire dans un communiqué que nous publions ci-contre.

Il aurait subi des sévices à l'intérieur de la prison

Selon des sources proches du dossier le journaliste Mohamed Tamalt aurait subi des violences physiques inhumaines à l'intérieur de la prison d'El-Harrach. Des sévices qui l'ont poussé à se faire violence en se cognant la tête contre le mur dans une tentative de suicide. Ce qui a contraint l'administration de la prison d'El-Harrach à le transférer à la prison de Koléa et de là à l'hôpital Mohamed Lamine Debaghine de Bab-El-Oued.

L'ONG Amnesty International étant au courant des sévices subis par le disparu a demandé une enquête indépendante.

En cette douloureuse circonstance la rédaction de Mon journal-Jaridati présente à la famille du défunt ses sincères condoléances.

Mon journal 11/12/2016 15h05

Condamné de l'administration pénitentiaire du ministère de la justice

La direction des prisons et de la rééducation du ministère de la justice a fourni des détails sur la détention du journaliste Mohamed Tamalt à la prison d’El Harrach puis à la prison de Koléa à Tipaza avant son hospitalisation puis son décès intervenu ce matin au centre hospitalo-universitaire Lamine Debaghine à Bab El Oued dans la capitale à Alger.

« Le concerné à a été mis en détention le 28 juin 2016 dans la prison d’El Harrach. Il a entamé une grève de la faim et depuis cette date, il a été mis sous surveillance médicale. Il était ausculté chaque jour par le médecin de l’institution qui mesurait sa tension artérielle et sa glycémie (…) », écrit la direction des prisons et de la rééducation.

« En vue de le persuader d’arrêter sa grève de la faim, le juge chargé de l’application des peines et le directeur de l’institution lui ont rendu visite. Des médecins et des psychologues sont également intervenus pour le convaincre d’arrêter sa grève sauf qu’il avait insisté malgré les efforts consentis », ajoute la même source.

"Le journaliste Mohamed Tamalt a été en hypoglycémie le 1er août dernier. Des médicaments lui ont été prescrits et  son cas s’est amélioré. En date du 20/08/2016, (Mohamed Tamalt) avait un problème de concentration, il a été transféré en urgence à l’hôpital de Koléa où il a subi des analyses biologiques et un scanner (...)Cette batterie d’analyses n’a laissé paraître aucun dysfonctionnement."

« Le journaliste a donc été transféré vers l’hôpital Lamine Debaghine à Bab El Oued où il a été placé en service de réanimation et où il a subi les analyses et les radios qui ont montré qu’il a eu un accident vasculaire cérébral (…) ce qui a nécessité une intervention chirurgical en urgence. (...) Après l’opération, Mohamed Tamalt a été placé sous respiration artificielle et son état de santé commençait à s’améliorer. (...) Il a repris conscience et discuté avec l’équipe médicale et commencé à manger normalement .Sauf que depuis dix jours, l’équipe soignante a découvert des inflammations au niveau des poumons et il a été mis sous traitement  ( …) selon la même source.

"Dans la matinée de ce dimanche, son état de santé s’est détérioré avant qu’il ne décède. Durant sa présence à l’hôpital, sa famille a pu suivre son état de santé et le suivi médical et cela à travers six visites effectuées par son frère et une visite par la mère et deux visites effectuées par un représentant de l’ambassade britannique en Algérie ", affirme  le communiqué de la direction des prisons et de la rééducation du ministère de la justice.


TAMALT.PNG
آخر لقاء مع والدته بعد عودته إلى الجزائر
Sa dernière rencontre avec sa mère après son retour au pays
TAMALT1.PNG
آخرما كتب على الفايسبوك وهو بالجزائر ساعات قليلة قبل توقيفه
Son dernier post sur sa page Facebook paru quelques heures avant son arrestation
création de site internet avec : www.quomodo.com