Rachid Mesli

اعتقال المحامي والحقوقي رشيد مسلي في إيطاليا

 

أعلنت السلطات الإيطالية، اليوم الجمعة، أنها ألقت القبض على المحامي والحقوقي الجزائري، رشيد مسلي، وذلك بموجب مذكرة توقيف صادرة عن الشرطة الدولية "الإنتربول".

ونقلت برقية لوكالة الأناضول للأنباء عن التلفزيون الحكومي، إن "الاعتقال جرى بعد ظهر الأربعاء الماضي، في منطقة سان برناردو (شمال إيطاليا) على الحدود السويسرية".

وحسب التلفزيون الإيطالي الرسمي، أن المحامي رشيد مسلي، كان عائدًا من سويسرا حيث يقيم منذ سنوات، على متن سيارة مع زوجته وابنه، حينما أوقفته شرطة الحدود، استنادًا إلى مذكرة صادرة عن (الإنتربول)، بطلب من السلطات الجزائرية، التي تتهمه بالقيام بنشاطات ترتبط بالإرهاب. وقد تم نقل المحامي إلى سجن بريسونيه المحلي (شمال إيطاليا)، لعرضه أمام القاضي المختص.

المحامي رشيد مسلي تحصل على اللجوء في سويسرا عام 2000، بعدما تعرض للاعتقال في الجزائر عام 1996، لمدة 3 سنوات، بتهمة "تشجيع الإرهاب"، حيث عمل كمحام مدافع عن المسجونين الإسلاميين من أتباع الجبهة الإسلامية للإنقاذ.

وبعد حصول مسلي، على اللجوء السياسي، شارك في تأسيس منظمة الكرامة لحقوق الإنسان في جنيف السويسرية، حيث عمل على كشف وتوثيق حالات انتهاك حقوق الإنسان في العالم العربي، كما شارك في مؤتمرات دولية ونشاطات عديدة تحدث فيها عن خروقات ترتكبها السلطات الجزائرية.

وأصدرت وزارة العدل الجزائرية، في أفريل من عام 2002، مذكرة اعتقال دولية بحق مسلي، بتهمة "الانخراط في مجموعة إرهابية تنشط في الخارج".

 

ملاحقة كاشفي الفساد وحماية الفاسدين

باعتقال الحقوقي رشيد مسلي في إيطاليا وقبله الدكتور مراد دهينة في فرنسا من قبل الأنتربول بناء على مذكرات أصدرتها السلطات الجزائرية التي تطارد الناشطين في مجال حقوق الإنسان والصحافيين الذين يفضحون قضايا فساد تغرق فيه الدولة الجزائرية في عهد الرئيس عبدالعزيز بوتفليقة، في حين نجدها تتجاهل رؤوس الفساد الذين كبّدوا الخزينة العمومية الجزائرية مليارات من الدولارات من أمثال رشيد بجاوي وشكيب خليل وغيرهما.

من جهة أخرى تتهم السلطات الجزائرية المحامي رشيد مسلي بالإرهاب، رغم أنه محامي وناشط حقوقي وسلاحه الوحيد هو القانون الدولي وساحة نشاطه خلال تواجده في الجزائر هي المحاكم، في حين هذه السلطات نفسها تحمي حسان حطاب الذي قتل الكثير من المواطنين وكان أمير حرب يقاتل في الجبال لسنوات طويلة، وأيضا العيايدة أمير التنظيم الأكثر دموية في الجزائر المعروف اختصارا بـ "الجيا". والأدهى من ذلك كله أن مدني مزراق الذي كان أمير ما يسمى "الجيش الإسلامي للانقاذ" وطالما تباهى بقتل المواطنين الجزائريين، وبينهم عسكري قام مزراق بقتله بدم بارد وأخذ سلاحه وساعته الشخصية، هذا الأمير الدموي الذي كان رأسه مطلوبا بمبلغ 450 مليون سنتيم تحوّل إلى شخصية وطنية يستقبل في رئاسة الجمهورية وتشاوره الرئاسة في شأن الدستور.

مرة أخرى تثبت السلطات الجزائرية أنها قمعية لحد بعيد من خلال ملاحقة المحامي رشيد مسلي، وانها تستعمل تهمة الإرهاب والأنتربول الدولي للتضييق على الناشطين الحقوقيين في الداخل وملاحقتهم في كل أنحاء العالم.

 

Le Directeur juridique d'Alkarama détenu en Italie
sur la base d'un mandat d'arrêt algérien

Les autorités italiennes détiennent actuellement le Directeur juridique d'Alkarama, Rachid Mesli, dans la prison italienne d'Aoste. Maître Mesli a été arrêté à la frontière italo-suisse le mercredi 19 août 2015 sur la base d'un mandat d'arrêt délivré par les autorités algériennes en avril 2002, affirmant qu'il avait eu « des contacts avec des terroristes en Algérie » et était« membre d'un groupe terroriste opérant hors d'Algérie ». Alkarama déplore l'arrestation, pour des motifs politiques, de son directeur juridique, et en particulier le rôle joué par Interpol dans tout cela.

Me Mesli a été arrêté vers 10h du matin au poste frontière italo-suisse du tunnel du Grand-Saint-Bernard, dans la vallée d'Aoste où il allait en vacances avec sa femme et son fils de 14 ans. Après avoir vérifié leurs documents d'identité et soigneusement fouillé leur voiture, la police italienne a contacté les polices suisse et française pour une vérification de ses antécédents, qui n'a révélé aucune irrégularité. Ils ont ensuite contacté Interpol, après quoi ils ont emmené Me Mesli au commissariat d'Aoste, à 30 km, avec sa femme et son fils les suivant dans leur véhicule escorté par une autre voiture de police. A 18h45, le commissaire d'Aoste a informé Me Mesli qu'il avait été arrêté sur la base d'un mandat algérien, et que le Tribunal de Turin allait se pencher sur la question. Me Mesli est encore détenu à Aoste et n'a pas encore été entendu par un juge.

« Les accusations portées contre Rachid Mesli sont ridicules », s'exclame Mourad Dhina, Directeur exécutif d'Alkarama. Selon le mandat d'arrêt, Me Mesli a été accusé en 2002 de« fournir des informations téléphoniques sur les mouvements des groupes terroristes », ainsi que de « tenter d'approvisionner des groupes terroristes avec des caméras et des téléphones », déformant son travail en tant qu'avocat des droits de l'homme, en contact continu avec les victimes de graves violations des droits de l'homme et leurs familles.

Nous rappelons que de nombreuses ONGs, telle que Fair Trials Internationalont critiqué Interpol pour ne pas effectuer de contrôles sérieux sur les mandats d'arrêt, qui sont clairement fondés sur des considérations politiques, une disposition qui est contraire à l'article 3 du Statut d'Interpol, qui stipule que « [t]oute activité ou intervention dans des questions ou affaires présentant un caractère politique, militaire, religieux ou racial est rigoureusement interdite à l'organisation ».

Alkarama suit la situation de très près, et appelle à la libération immédiate de Rachid Mesli. Alkarama demande également aux organismes internationaux, tels qu'Interpol, ainsi qu'aux gouvernements européens de ne pas tomber dans le jeu des accusations fabriquées initiées par les gouvernements notoirement connus pour violer les droits de l'homme.

A propos de Rachid Mesli

Rachid Mesli est un avocat et militant des droits de l'homme algérien vivant à Genève et travaillant comme Directeur du Département juridique d'Alkarama.

Le 31 juillet 1996, il a été enlevé par quatre membres des forces de sécurité. Il a ensuite été détenu au secret pendant plus d'une semaine, battu à plusieurs reprises et menacé de mort, avant d'être finalement inculpé d'appartenance à un groupe terroriste. En juillet 1997, il a été acquitté et à la place accusé d'avoir « encouragé le terrorisme », une accusation qui n'avait pas été portée contre lui au cours du procès et contre laquelle il n'a pas eu l'occasion de se défendre. Amnesty International a déclaré que le procès avait « clairement violé les normes internationales d'équité des procès ». En 2000, craignant pour sa sécurité et celle de sa famille, il a quitté le pays pour vivre en Suisse où il a obtenu l'asile politique. Le 6 avril 2002, un mandat d'arrêt international a été délivré contre Me Mesli pour « appartenance à un groupe terroriste », et il a plus tard été condamné à 20 ans de prison par contumace pour ces motifs.

Rachid Mesli est co-fondateur d'Alkarama et membre d'Amnesty International Suisse.

Media Information

Pour plus d'informations ou une interview, veuillez contacter la Coordinatrice du Département Communication d'Alkarama, Colombe Vergès, au Tel : +41 22 734 1008 – Port : +41 79 129 79 15 (c.verges@alkarama.org).

Vos commentaires

as a dit il y a plus d'un an
bouteflika est-il en france en ce moment, car des sources credibles occidentales, l'annoncent disparu ... pour ne pas dire mort!

Rachid Mesli relâché par la police italienne

Bonne nouvelle pour les femmes et les hommes épris de liberté et de justice. Me Rachid Leslie le défenseur des droits de l'homme arrêté mercredi dernier par la police italienne sur mandat émis par le pouvoir mafieux d'Alger est libre. Il comparaîtra libre lundi prochain devant une juridiction italienne qui le mettra sûrement en liberté et du coup la fiche Interpol sera classée. une gifle pour les voyous et véritables terroristes qui gouvernent l'Algérie. Nous reviendrons sur le sujet dans une de nos prochaines éditions.

La justice italienne attend les documents de la partie algérienne

L'affaire n'étant pas pour autant terminée. Le juge italien attend une demande d'extradition que formuleraient les autorités algériennes qui doivent fournir les documents apportant les preuves de l'implication de l'avocat algérien dans des affaires de terrorisme. 

Si d'ici lundi il n'y aura aucune réponse de la part du pouvoir d'Alger, Me Rachid Mesli rentra à Genève au plus tard mardi et l'affaire sera définitivement classée. Alger aura essuyé un nouveau camouflet. 

Dans le cas où les autorités algériennes exprimeraient la demande d'extradition de Rachid Mesli, le dossier sera transmis à un juge spécialisé qui aura à décider de l'issue finale à donner à cette affaire dans un délai d'un mois.

N'ayant aucune preuve accablante contre l'avocat exilé en Suisse depuis 2000, les autorités algériennes n'auront jamais gain de cause contre un homme qui n'a fait qu’exercer sa profession d'avocat en  assurant la défense des dirigeants du FIS dans les années 90 avant qu'il ne soit arrêté et torturé et purgé une peine de 3 années de prison prononcée par une justice aux ordres.

Mon journal 25/08/2015 18h07 

امتثال رشيد مسلي أمام القاضي الإيطالي
وفضيحة دولية تنتظر الجزائر

 

المحامي والناشط الحقوقي رشيد مسلي الذي أعتقل في 19 أوت الجاري، امتثل أمام قاضي محكمة الاستئناف لمدينة توران الإيطالية. حيث تمّ الاستماع إليه من طرف القاضي وبعدها أطلق سراحه على ذمة انتظار السلطات الجزائرية كي تتقدم خلال أسبوع بطلب رسمي لاستلام المحامي مسلي ويكون هذا الطلب مرفقاً بوثائق ومستندات وأدلة تثبت تهمة الإرهاب التي لاحقت بها المحامي مسلي.

في حالة عدم الاستجابة من طرف السلطات الجزائرية بعد مرور أسبوع بداية من هذا اليوم الاثنين 25 أوت الجاري، سيتم إخلاء سبيل المحامي والناشط الحقوقي رشيد مسلي ويغلق ملف القضية بصفة نهائية يوم الاثنين القادم وحينها يستطيع مسلي العودة إلى جنيف في سويسرا.

بذلك ستكون الجزائر قد وقعت في فضيحة دولية من العيار الثقيلة، وستفقد ما تبقى لها من مصداقية لدى الهيئات الدولية، حيث سيثبت بالدليل القاطع أنها تلاحق كل من يعارضها بتهم مفبركة وصلت حد الاتهام بالإرهاب.

أما في حالة استجابة السلطات الجزائرية وقدمت طلبا رسميا للسلطات الإيطالية من أجل استلام المحامي رشيد مسلي وفيه ما يثبت التهم التي تلاحقه بها عبر "الأنتربول"، فإن ملف القضية سيحوّل إلى قاضي اختصاص للنظر في القضية وخلال مدة شهر يتم اتخاذ القرار من طرف هذا القاضي المختص الذي هو من يمتلك سلطة القرار النهائي.

الأرجح أن السلطات الجزائرية ستتفادى التقدم بطلب لأنها لا تمتلك أدنى أدلة تدين المحامي والناشط الحقوقي رشيد مسلي، كل ما في الأمر أن مسلي كان محاميا لقادة جبهة الإنقاذ "الفيس"، وقد أعتقل وتعرض للتعذيب وقضى ثلاث سنوات في السجن وبعدها غادر الجزائر نحو سويسرا حيث تحصّل على اللجوء السياسي.

بلا أدنى شك ستكون قضية المحامي رشيد مسلي فضيحة جديدة تضاف لسجل الجزائر الأسود لدى المنظمات والهيئات الدولية، فبعد إدانتها من طرف لجان حقوق الإنسان التابعة للأمم المتحدة في عدة قضايا تتعلق بالتعذيب والاختفاء القسري والسجن التعسفي، تجد نفسها أمام صفعة جديدة تتعلق باستغلال "الأنتربول" في قضايا مفبركة لا أساس لها.


Rachid Mesli reste en résidence surveillée jusqu'à nouvel ordre

Si le juge ne donne pas suite à cette demande, Me Mesli demeurera en résidence surveillée à Aoste jusqu'à l'écoulement du délai de 40 jours à compter de la date de son arrestation durant lequel les autorités algériennes doivent présenter une demande formelle d'extradition, comme prévu par l'article 715(6) du Code italien de procédure pénale. Si la justice italienne ne reçoit aucune demande en ce sens à échéance du délai, l'affaire sera close et Me Mesli sera libéré.

« Le fait que les autorités algériennes n'aient soumis aucun document à la justice italienne jusqu'à présent démontre, sans surprise, que son mandat d'arrêt n'est qu'une coquille vide, » affirme Mourad Dhina, Directeur Exécutif de la Fondation Alkarama. « Nous avons une confiance totale dans la justice italienne qui est respectueuse de l'état de droit et n'avons aucun doute quant à l'issue favorable de cette affaire pour Me Mesli. »

Pour rappel, Me Mesli a été arrêté à la frontière italo-suisse mercredi 19 août 2015 sur la base d'un mandat d'arrêt délivré par les autorités algériennes en avril 2002, l'accusant d'avoir « fourni des informations téléphoniques à des groupes terroristes » et « tenté d'approvisionner des groupes terroristes avec des caméras et des téléphones », déformant ainsi son travail en tant qu'avocat des droits de l'homme nécessitant un contact continu avec les victimes de graves violations des droits de l'homme et leurs familles. Le lundi 25 août 2015, Me Mesli était apparu devant la Cour d'appel de Turin qui avait décidé qu'il devait demeurer en résidence surveillée.

Libre, Rachid Mesli rentre à Genève

Un camouflet de plus pour l'Algérie des fripouilles mafieux qui ne cessent de la déshonorer devant le monde entier. Me Rachid Mesli qu'ils accusent d'appartenance à une association de terroriste est finalement libre. L'accusation grotesque et farfelue des autorités algériennes n'a pas tenu la route avec les Italiens. L'assignation à résidence est levée et l'infatigable défenseur des Droits de l'Homme, Rachid Mesli rentre chez lui à Genève où l'attendent sa famille, ses amis et ses collègues pour lui réserver un accueil digne des héros car Rachid Mesli en est un.
Il rentre chez lui à Genève en attendant de rentrer chez son vrai chez lui en Algérie une fois qu'elle sera débarrassée de cette faune de despotes violeurs des Droits humains les plus élémentaires pour s'accrocher à leurs fauteuils (roulant pour leur chef).
Tôt ou tard, Me Rachid Mesli comme des milliers d'exilés forcés rentreront humer l'air de la liberté en Algérie et gerber sur les tombes des tyrans qui ont asservi les Algériens.

La justice italienne vient de lever l'assignation à résidence à laquelle était soumis l'avocat Me Rachid Mesli, directeur juridique de l'organisation non gouvernementale AL-Karama, depuis son arrestation le 19 août par la police italienne suite à un mandat Interpol lancé à son encontre par les autorités algériennes.

La bonne nouvelle de sa remise en liberté nous a été confirmée par le concerné, lui-même, dans un entretien téléphonique alors qu'il était en route pour Genève où il devait retrouver sa famille, ses amis et ses collègues du travail.

Cette dure épreuve pour l'infatigable défenseur des Droits de l'Homme, Rachid Mesli ne fait que s'ajouter à son crédit et à l'estime que lui portent les innombrables victimes qui lui ont fait appel pour assurer leur défense tant devant les tribunaux lorsqu'il exerçait sa profession d'avocat en Algérie qu'au sein de l'ONG Al-Karama dont il est l'un des membres fondateurs, et auprès des instances judiciaires internationales, notamment la Commission des Droits de l'Homme de l'ONU dont il est l'un des membres les plus actifs.

Par contre, et malheureusement pour l'Algérie que Rachid Mesli aime par dessus tout, ses gouvernants ne cessent de la discréditer sur la scène internationale par des comportements ignominieux au point où ceux-là mêmes qui sont envoyés à Genève la représenter au Comité des Droit de l'Homme de l'ONU à Genève rasent les murs et éprouvent une honte profonde qu'ils ont du mal à dissimuler chaque fois qu'ils croisaient dans les couloirs du comité, Me Rachid Mesli. Qu'en serait-il, alors, pour eux depuis l'épisode italien? 

Les autorités algériennes refusent l'entraide judiciaire demandée par les Italiens
dans l'affaire Chakib Khelil.

Devenue la risée du monde dans tout les domaines, l'Algérie des incapables qui la gouvernent a été condamne à quatre reprises lors des sept derniers mois par le comité des Droits de l'Homme de l'ONU. Au lieu de faire profil bas, ces gouvernants qui ne savent qu'user que du mensonge, de la calomnie et de la tyrannie n'ont rien trouver d'autre à coller à un respectable avocat et défenseur des Droits de l'Homme, que l'étiquette de terroriste. Malheureusement, le ridicule ne tue point. Sinon on se serait libérés de cette caste de prédateurs et despotes qui non seulement ont volé les richesses mais pousse l'ignominie jusqu'à faire la chasse aux hommes libres même en dehors des frontières.

Ce constat, les autorités italiennes l'ont relevé tout récemment quand les autorités algériennes avaient refusé l'entraide judiciaire demandée par l'Italie dans le traitement du dossier Chakib Khelil, l'ancien ministre algérien de l'énergie qui a détournée 1 million de Dollars (si ce n'est pas plus) des caisses de l'Etat algérien. Par contre, ces mêmes autorités algériennes ont sollicité la justice italienne pour une entraide  judiciaire dans le dossier de Me Rachid Mesli pour qu'il soit extradé au pays de la tyrannie, de l'injustice et de la violation éhontée des Droits de l'Homme. Ils demandent l'entraide judiciaire sans pour autant parvenir à transmettre un dossier sérieux prouvant les accusations portées contre l'avocat qui demeure leur bête noire quoiqu'ils fassent.
Hichem ABOUD

Mon journal 15/09/15h30

الإفراج عن المحامي رشيد مسلي

أفرج القضاء الإيطالي عن المحامي والحقوقي الجزائري رشيد مسلي الذي تمّ توقيفه في 19 أوت الماضي على إثر مذكرة توقيف دولية أصدرتها السلطات الجزائرية، وقد أخضعه القاضي الإيطالي للإقامة الجبرية في انتظار البت في قضيته.

الخبر أكده لنا المحامي مسلي من خلال اتصال هاتفي معه حيث كان في طريقه عائدا إلى محل إقامته في مدينة جنيف السويسرية.

وسيبقى ملف القضية مفتوحاً مؤقتا في انتظار ما سيقدمه القضاء الجزائري من أدلة حول الاتهامات الموجهة لرشيد مسلي.

للتذكير أن القضاء الجزائري رفض التعاون مع القضاء الإيطالي بخصوص قضية وزير الطاقة والمناجم الأسبق شكيب خليل، المتورط في إحدى أكبر قضايا الفساد التي عرفتها الجزائر في تاريخها. لكن هذا القضاء نفسه يرغب في التعاون مع قضاء إيطاليا بخصوص ملف رشيد مسلي الذي لم يكن له من ذنب سوى الدفاع عن زعماء الجبهة الإسلامية للإنقاذ في المحاكم الجزائرية ووفقا للقانون.


ce site a été créé sur www.quomodo.com