Tahar Djehiche

6 mois de prison ferme pour une caricature

Alors qu'on croyait la justice algérienne retrouver un peu de son indépendance en relaxant au mois de .... Tahar Djehiche, la caricaturiste poursuivi pour offense à Abdelaziz Bouteflika, la voilà se faire éconduire par une partie inconnue pour prononcer un verdict qui lui est infamant et insultant.

En condamnant Tahar Djehiche à 6 mois de prison, la justice algérienne apporte la preuve irréfragable qu'elle est aux pieds de tyrans qui ont une haine immense contre l'Algérie et son peuple.


Tahar Djehiche, 54 ans, caricaturiste, a été condamné le 19 novembre à 6 mois de prison ferme et 500 000 DA d’amende pour «outrage au président de la République» et «incitation à attroupement non armé». Tahar Djehiche a fait l’objet d’une plainte pour avoir posté sur le réseau social facebook des caricatures du chef de l’Etat et des manifestations contre le gaz de schiste à In Salah. C'est «une partie inconnue» qui a déposé plainte contre le caricaturiste indique-t-on du côté du ministère de la justice. Pauvre Algérie! Une partie inconnue fait appel contre une décision de justice pour condamner un caricaturiste. Cette partie inconnue n'a pas entendu de Chekib Khelil qui a volé des millions de dollars à l'Algérie ni Amar Saïdani et Abdessalem Bouchouareb ou Abdelmalek Sellal qui ont acquis des biens immobiliers dans des quartiers chics de Paris alors qu'ils n'ont officiellement aucune activité professionnelle ou commerciale en France ni en Europe pour se payer le luxe d'acheter des appartements luxueux dans la capitale française.

caricature-2.jpg
caricature_tahar_djehiche.png
la
La caricature qui est à l'origine des ennuis judiciaires de Tahar Djehiche. Pourtant, le nom de Bouteflika n'est nullement cité. En arabe, l'écriteau porte le nom de la ville d'Aïn Salah
ce site a été créé sur www.quomodo.com