déclarations de presse

L'Algérie incapable de jouer un quelconque rôle en Libye

Comment voulez-vous que l'Algérie puisse jouer un quelconque rôle alors que ses gouvernants ne sont pas en mesure de résoudre la crise de la vallée du M'zab qui risque de connaître un embrasement aux conséquences insoupçonnées" a-t-il déclaré. Et d'ajouter " les réunions qui se tiennent à Alger entre les différentes belligérants libyens ne sont que de la poudre aux yeux et un activisme gratuit qui ne mènera à rien. On ne peut rien attendre d'un pays dont la diplomatie est ridiculisée au fil des jours par les nombreuses condamnations par les instances internationales pour les violations régulières des droits de l'homme en Algérie. On ne peut rien attendre d'un pays dont le chef de l'Etat est dans un état comateux laissant son frère cadet agir à sa guise pour diriger le pays par procuration en s'appuyant sur un groupe de prédateurs et de malfrats dont la place est derrière les barreaux si l'Algérie était un pays respectable"


Hichem Aboud à Al-Ghad Al-Arabi:
"Le pouvoir des Bouteflika veut étendre la crise du M'zab à la Kabylie"

Invité de l'émission "Dossiers Maghrébins" de la chaîne satellitaire "Al-Ghad Alarabi" basée à Londres, pour apporter un éclairage sur les événements qui secouent la vallée du M'zab, Hichem Aboud, directeur de "Mon journal-Jaridati" a expliqué la situation prévalant dans le M'zab par  "la volonté du pouvoir algérien de créer des zones de tension pour détourner l'opinion publique nationale et internationale sur le véritable problème auquel fait face l'Algérie et qui n'est autre que la crise politique engendrée par un régime illégitime qui a porté à la tête de l'Etat par,une fraude avérée, un homme impotent et incapable de gérer les affaires du pays." Il argumente en apportant plus de précisions " le choix  par le pouvoir, de la vallée du M'zab comme zone de turbulence n'est pas fortuit. Contrairement à d'autres régions du pays, cette zone est maîtrisable de par situation géographique et son éloignement de la capitale où se concentrent les légations étrangères et les correspondants de la presse étrangère. Aussi, il est plus facile de circonscrire le feu dans une zone située aux portes du désert que dans une région comme la Kabylie ou les Aurès ou l'Algérois où la perte du contrôle de la situation par le pouvoir pyromane est inéluctable."

Ce n'est pas un conflit entre Mozabites et Chaânbis mais c'est une guerre que mène le pouvoir contre le peuple algérien à travers les Mozabites.

Interrogé sur la nature du cionflit, le directeur de Mon journal-jaridati s'est dit convaincu qu'il "ne s'agit nullement d'un conflit entre les communautés mozabite (berbère) et chaânbis (arabe). Ces deux communautés ont coexisté pacifiquement durant plusieurs siècles sans que n'éclate le moindre conflit. Si conflit il y a c'est un conflit entre le peuple et le pouvoir. Ce pouvoir est en guerre contre le peuple algérien qui ne veut plus de lui. C'est lui qui monte la communauté chaânbie contre les Mozabites dans des circonstances précises. Ces deux communautés sont connues pour leur pacifisme. Mais le pouvoir algérien se nourrit de la violence et il ne peut pas vivre sans violence et sans terrorisme."

Et Hichem Aboud de rappeler " la violence que vit la vallée du M'zab a pris naissance en 2013 depuis qu'on a commencé à évoquer un 4ème mandat pour un Bouteflika qui relève d'un AVC qui l'a fortement diminué. Et depuis, à chaque fois que le régime est en mauvaise posture, il met le feu dans le M'zab.

Embrasement de la région kabyle 

"Non content de mettre à feu et à sang la vallée du M'zab, le régime cherche à étendre la crise à la région kabyle en annonçant ce matin (08/07/2015) envisager l'arrestation de quatre militants du Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie avec le militant des droits de l'homme et figure de proue mozabite, Kameleddine Fekhar. 

Si l'arrestation des militants du MAK venait à se réaliser, c'est le début de l'embrasement général." a conclu Hicjhem Aboud
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com