Présidentielle française

Présidentielle française
Gauche plurielle ou gauche plus rien ?


Alors que la droite est empêtrée dans le « pénélopegate » qui met à mal la candidature de son chef de file, François Fillon, la gauche est marquée par des divisions dont les conséquences risquent d’être désastreuses.

Hichem ABOUD

Contrairement à la droite qui continue d’afficher son soutien à son candidat vainqueur de la primaire en dépit du scandale qui vient compromettre sa campagne électorale, la gauche, et plus particulièrement le Parti Socialiste, s’est distinguée par l’inattendue sortie d’un certain nombre de députés qui ont invoqué le droit de retrait sous prétexte qu’ils ne peuvent soutenir un candidat qui dénonce le programme gouvernemental qu’ils ont soutenu et applaudi durant tout le quinquennat qui vient de s’écouler. La brèche ouverte, Emmanuel Macron, ancien ministre de l’économie et de l’industrie du gouvernement Valls, en profite pour gonfler ses rangs en se plaçant au centre pour recruter, aussi, du côté de la droite.

Benoit HAMON qui semble passer pour le candidat-surprise de la gauche, malgré son score éloquent de plus de 58% a du mal à faire l’unanimité dans sa famille politique. Un score que lui contestent beaucoup de militants sous prétexte que le vote de la primaire était ouvert à tous les Français toutes tendances confondues. C’est ce qui fausse quelque peu le résultat. Toujours est-il que Benoit Hamon sera bel et bien le porte-drapeau de la gauche à la prochaine présidentielle. C’est ce qu’a fini par comprendre François Hollande qui l’a reçu à l’Elysée comme pour lui afficher son soutien. Un soutien très timide. Il suffit de voir la manière avec laquelle le président a reçu son éventuel successeur pour s’en convaincre.

La division de la gauche s’aggrave encore par La participation en solo de Yannick Jadot, candidat des verts et Jean-Luc Mélenchon qui a refusé de concourir à la primaire de gauche pour se présenter en chef de file de l’extrême gauche bien qu’il réfute ce vocable en préférant tout simplement se présenter en tant que représentant de la gauche.

Cette dispersion des rangs risque fort de faire rater au parti Socialiste le train du 2ème tour.

 

ce site a été créé sur www.quomodo.com