Abdelmalek Saci

Décès du général major Abdelmalek Saci,
un janviériste de l'ombre

Hier, lundi 15 août, s'est éteint à Paris, le général-major à la retraite, Abdelmalek Saci des suites d'une longue maladie. Il sera inhumé à Alger aujourd'hui ou demain.
Après avoir exercé plusieurs années dans les unités opérationnelles du sud du pays, Abdelmalek Saci a été affecté à l'ambassade d'Algérie à Paris  en qualité d'attaché de défense avant de se voir nommer Directeur des Relations Extérieures au Ministère de la Défense Nationale au début des années 2000.
Très proche de feu général de corps d'armée Mohamed Lamari, ex-chef d'Etat-major de l'ANP, Abdelmalek Saci sera admis à la retraite par Bouteflika juste après sa reconduite à la tête de l'Etat pour un second mandat en 2004.
Effacé et très discret, on ne trouve nulle trace de lui dans les archives ni sur les moteurs de recherche de la toile, Abdelmalek Saci faisait partie du clan des Khaled Nezzar, Mohamed Lamari, Mohamed Mediène dit Toufik et dAhmed Djenouhat connus pour être des janviéristes. Il était dans le clan opposé, celui des Liamine Zeroual, Mohamed Betchine, Hocine Benhadid et Rabah Boughaba.

Comme beaucoup de responsables algériens il vit sa retraite en France

Issu de la petite Kabylie, Abdelmalek Saci n'a jamais voulu investir la scène politique au lendemain de sa mise à la retraite. Comme beaucoup de responsables algériens civils et militaires il s'est installé à Paris où sont résident deux de ses enfants (une fille et un garçon) alors que deux autres de ses enfants sont restés en Algérie où ils fructifient leurs affaires.

Le général-major Saci n'est pas le premier responsable algérien à avoir quitté ce monde en étant établi en France. Bien avant lui, il y a trois ans, M'hamed Tolba, l'ancien patron de la police au début des années 90 est décédé en France et a été inhumé en France.

Mon journal 16/08/2016 10H50

ce site a été créé sur www.quomodo.com