Carburant

Pénurie de carburants, manipulation ou simple problème de distribution ?

La pénurie de carburants dure depuis des semaines. Les stations de service ne désemplissent pas. Des dizaines de véhicules forment d’interminables queues. En dépit de cette situation vécue quotidiennement par les citoyens et visibles dans toutes les stations, les autorités continuent de nier l’existence d’un problème de carburants.
Dans un pays géré par une caste paranoïaque qui distribue, pour un oui ou pour un non, des accusations d’atteinte à l’ordre public et même dans certains cas d’atteinte à la sûreté de l’Etat, cette situation parait des plus cocasses. Personne n’accuse NAFTAL, seul distributeur de carburants, de menacer l’ordre public.
En effet, les dirigeants de NAFTAL restent sereins. Pareille pagaille aurait fait dégommer de son poste le premier responsable de cette société depuis longtemps. Il n’en est rien. D’où la question posée dans le titre.

Une des méthodes de manipulation dont use et abuse les gouvernements consiste à provoquer une crise pour que le peuple soit lui-même demandeur de ce qu’on souhaite lui imposer.

La conjoncture actuelle est caractérisée par deux faits majeurs en relation directe avec le pétrole ; 
Le premier est le vaste mouvement anti-gaz de schiste qui traverse le sud Algérien et est très fortement soutenu par les autres régions du pays. L’entêtement d’une part, du gouvernement à maintenir son option d’exploration et d’exploitation du pétrole et du gaz de schiste et d’autre part le non fléchissement du mouvement anti-gaz de schiste ont probablement incité le gouvernement à user de moyens plus subtiles que la confrontation directe utilisée au début de la crise et n’ayant débouchée sur aucune solution acceptable pour les deux parties.
Montrer aux citoyens, en général, et aux automobilistes, en particulier, un aperçu de la situation qui prévaudrait lorsque les réserves de gaz et de pétrole conventionnels viendraient à s’épuiser. Excédés, les citoyens réclameront d’eux même des carburants et fermeront leurs yeux sur l’origine de ceux là fusse-t-elle de schiste.
Le second fait a trait à la situation financière du pays. L’amenuisement de la rente pétrolière, qu’on espérait passager, s’installe dans la durée. La capacité du gouvernement à faire face aux différentes subventions des produits de consommation se réduit chaque jour davantage. S’il est beaucoup plus difficile et plus hasardeux, du point de vue de la paix sociale, de supprimer les subventions des denrées alimentaires de base, la tentation du gouvernement se tourne vers les carburants. Encore une fois, pour parvenir à leur objectif de faire accepter la suppression de la subvention par les citoyens, on provoque une interminable crise jusqu’à ce que le citoyen réclame de lui-même une disponibilité des carburants même s’il est obligé de les payer plus chers. Les vacances d’été, qui s’approchent, très propices aux déplacements et à une forte demande sur les carburants vont exacerber la crise et accélérer l’atteinte de l’objectif des scénaristes de l’ombre. Si la crise persiste jusque là, la réponse à la question devient plus qu'évidente. Wait and see.
ce site a été créé sur www.quomodo.com