Coupe d'Algérie

L'Algérie des Bouteflika, un pays pas comme les autres

Une finale de coupe militaire en ouverture d'une finale opposant des clubs professionnels cela ne s'est jamais vu nulle part dans le monde sauf en... Algérie. Alors que la pelouse ne supporte pas plus d'un match tous les 48 heures les organisateurs algériens programment 2 rencontres de 90 minutes avec d'éventuelles prolongations, l'une après l'autre.

10.000 places sont attribuées de facto aux sapeurs pompiers et soldats  dont la majorité n'a aucune attache avec les deux équipes finalistes et occasionnant un manque à gagner s'élevant à des centaines de milliers de Dinars pour la ligue de football.

La tribune privilégiée des spectateurs, celle du flambeau, n'est pas occupée par les supporteurs de l'une des des équipes demi-finalistes mais par les sapeurs-pompiers qui jouent aux supporteurs du régime. Oui, en Algérie,  le pouvoir politique des frères Bouteflika est le troisième acteur de la finale de la coupe d'Algérie. Pourtant, aucun des deux frères les plus en vue de la famille ne fait acte de présence dans l'enceinte du stade. L'un est malade, incapable de remonter son pantalon ou d'ajuster sa cravate ni esquisser un sourire. L'autre préfère jouer derrière le rideau sans se montrer. C'est un peu le rôle de tout lâche qui n'assume pas ses responsabilités.

Et quelle est la relation entre les supporteurs des équipes finalistes et le régime des frères Bouteflika? Une relation des plus exécrables tant les Bouteflika sont honnis et vomis par le peuple. D'où cette hantise de voir les milliers des supporteurs présents scander des slogans hostiles au pouvoir en place ou dérouler leurs chansons qui mettent à mal les Bouteflika comme celle dont les premières disent "Boutefliak n'a pas d’enfants et se f... du pays".

Le match opposant les militaires en ouverture de la finale de la coupe d'Algérie sert, en fait, d'alibi pour justifier la présence des militaires dans les tribunes et dont le rôle est d'étouffer les voix hostiles au régime comme cela s'était passé lors des finales de 2014 et 2015 quand les fans de la JSKabylie et du MO Bejaïa avaient malmené les gouvernants au point où la remise du trophée s'était effectuée avec une coupure du son de la télévision.

C'est ainsi que les Bouteflika et leurs larbins continuent de s'imposer à l'Algérie et à son peuple par le maquillage, la fraude, le faux et l'usage de faux. Jusqu'à quand ça va durer? 

Vos commentaires

jair57 a dit il y a moins d'une minute
Dans l'Algerie de Bouteflika toutes les regles ont ete cassees et malheur a celui qui lui succedera s'il n'est pas du clan.Pour les Larbins ce sera la contonuite et le masscre de cette Algerie
ce site a été créé sur www.quomodo.com