Amir DZ

Après 24 heures de détention Amir DZ libéré

Paris 07/07/2020
24 heures après son arrestation et la perquisition effectuée dans son domicile le cyberactiviste Amir Boukhors a été remis en liberté provisoire après avoir été entendu par le procureur général.
C'est à la demande des autorités algériennes que Amir Boukors a été arrêté dans la matinée du lundi 06 juillet 2020 par des policiers de la Brigade centrale de répression de la criminalité informatique affiliée à la Police judiciaire française (BCRCI). Selon les allégations des autorités algériennes, Amir DZ serait condamnés à plusieurs peines de prison pour des délits de droit commun. La demande d'extradition est motivée par la volonté des autorités algériennes de voir le cyberactiviste  purger ses peines en Algérie. Une extradition que semblent refuser les autorités françaises qui ont remis Amir DZ en liberté provisoire le temps de la poursuite de l'instruction. Son avocat a présenté suffisamment de garanties prouvant que son client puisse jouir de la liberté provisoire.
Mais le plus cocasse dans l'histoire c'est que les autorités les algériennes par leur demande extradition viennent de mettre à nu les carences d'un régime en faillite. Et comment ! Les mandats d'arrêts, au nombre de 7, émis contre Amir Boukhors sont signés par un ex-ministre actuellement détenu à la prison d'El-Harrach et un ex-commandant de la gendarmerie, le général Ghali Belkecir , actuellement en fuite en France. Une véritable honte pour un Etat qui ne cesse de faire étalage de l'incurie de son administration et de son incapacité à se renover.

création de site internet avec : www.quomodo.com