Général Benhadid

Le Général Benhadid réhabilité
en serat-il de même pour Ghediri?

 08/07/2020
Après avoir connu des déboires inimaginables sous le règne du duo Saïd Bouteflika-Gaïd Salah, le général à la retraite Hocine Benhadid respire, enfin! 
L'ancien chef de la 8eme brigade blindée de Sidi Bel Abbès   avait été arrêté et emprisonné une première fois en septembre 2015 pour avoir dénoncé l'exercice du pouvoir par Saïd Bouteflika au nom de son frère malade et handicapé. Il le sera une deuxième fois, le 12 mai 2019 pour avoir tout simplement indiqué à l'homme fort du régime, le chef d'Eta-mjor de l'armée et vice-ministre de la défense nationale, Ahmed Gaïd Salah, la voie à suivre pour sortir le pays d'une crise qu'il ne parvient pas à surmonter à ce jour..

Une semaine à peine, Gaïd Salah enterré, le général Benhadid quitte le pavillon carcéral de l'hôpital Mustapha Pacha et bénéficie d'une prise en charge de soins à l'étranger. Son procès reporté plus d'une fois risque de ne jamais avoir lieu. Le nouveau chef d'Etat-major de l'armée, le général de corps d'armée Changriha trouve, certainement, inacceptable et même déshonorant pour l'armée algérienne de faire comparaître à la barre d'un tribunal,  pour une opinion exprimée dans un journal, un homme qui a offert la fleur de son âge pour la libération du pays. Comme l'arrestation et le dossier judiciaire ont été montés sur un appel téléphonique (ainsi fonctionne la justice algérienne) le classement se fera, aussi, sur un simple appel téléphonique. Il n'y a pas de quoi s'en offusquer quand on traite le mal par le même mal.

Mieux encore, le général-major à la retraite, Hocine Benhadid a été réhabilité à l'occasion de la célébration du 58ème anniversaire de l'indépendance en étant la guest star de la réception organisée au club de l'armée à Beni-Messous. Il était entouré de plusieurs officiers dont le chef d'Etat-major himself. 

C'est tout à l'honneur du général Changriha que de réhabiliter cet officier qui a donné 40 ans de sa vie à l'Algérie à travers son armée. En ferait-il de même avec cet autre général-major , Ali Ghediri jeté en prison pour un règlement de compte des plus mesquins. Le général Ghediri avait pris le risque de se porter candidat à la présidentielle d'avril 2019 contre Abdelaziz Bouteflika, poulain de Gaïd Salah.  Après l'annulation du scrutin d'avril et son report à décembre de la même année, Gaïd Salah craignait une candidature de Ali Ghediri qui risquait de fausser ses calculs. Il a fini par le jeter en prison. Une honte que traînera le défunt jusque dans sa tombe.



Vos commentaires

création de site internet avec : www.quomodo.com