L'espoir d'un nouveau cours politique en Algérie s'estompe un an après le soulèvement populaire

 le 06 octobre 2020
Dans son édition du 5 octobre 2020, le quotidien " THE NEW YORK TIMES" a publié en page 10 un reprortage sur la situation politique en Algérie. Ci-dessous l'intégralité du texte: 
 
«Nous reculons rapidement», a déclaré l’année dernière une figure de proue des manifestations qui ont évincé le dirigeant autoritaire du pays.
 
 
Adam Nossiter est le chef du bureau de Paris. Auparavant, il était correspondant à Paris, chef du bureau Afrique de l'Ouest, et dirigeait l'équipe qui a remporté le prix Pulitzer 2015 du reportage international pour la couverture de l'épidémie d'Ebola.
Une version de cet article paraîtra en version imprimée le 5 octobre 2020 , section A , page 10 de l'édition de New York avec le titre: Une année après un soulèvement en Algérie, une vieille répression revient
ALGER - Dans un palais de style mauresque sur les hauteurs aériennes de la capitale algérienne, le président de la nation a proclamé un nouveau jour pour son pays, affirmant qu'il était désormais «libre et démocratique». Le vieux système corrompu - dans lequel il avait passé toute sa carrière - avait disparu, a-t-il insisté.
«Nous construisons un nouveau modèle ici», a déclaré le président Abdelmadjid Tebboune, 75 ans, fumant à la chaîne un paquet de cigarettes lors d'un entretien d'une heure entouré de collaborateurs dans son somptueux bureau le mois dernier. «J'ai décidé d'aller très loin dans la création d'une nouvelle politique et d'une nouvelle économie.»
Mais les vieilles habitudes sont mortes dans ce pays d'Afrique du Nord, qui a connu près de 60 ans de répression, d'ingérence militaire, d'élections truquées et de très peu de démocratie. Dans les rues en contrebas du bureau de M. Tebboune, les anciennes réalités algériennes se réaffirment.
L'État emprisonne des dissidents et des sièges ont été à vendre - le prix courant était d'environ 540000 $ selon le témoignage d'un parlementaire au tribunal - dans le même Parlement qui a ratifié la nouvelle constitution proposée par M. Tebboune, rédigée après son arrivée au pouvoir lors d'une élection contestée en décembre. . Mais l'opposition est entravée par un manque de leadership et un échec à articuler une vision alternative pour le pays.
Un an après qu'un soulèvement populaire a évincé l'autocrate de 20 ans, Abdelaziz Bouteflika, et conduit l'armée à emprisonner une grande partie de son oligarchie au pouvoir, les espoirs s'évanouissent maintenant pour une refonte du système politique et une véritable démocratie en Algérie.
«Nous reculons rapidement», a déclaré Mohcine Belabbas, un politicien de l'opposition qui a joué un rôle majeur dans le soulèvement.
Aujourd'hui, il y a deux récits politiques en Algérie: celui de M. Tebboune, en haut, et celui dans les rues d'en bas.
La révolte dans les rues qui a commencé l'année dernière, connue ici sous le nom de Hirak , a d' abord semblé marquer une nouvelle aube dans un pays qui avait été étouffé pendant des décennies par son énorme armée. Mais lorsque l'échec du mouvement à s'unir autour des dirigeants et à s'entendre sur des objectifs a créé un vide, les restes de l'État répressif algérien, avec ses nombreux services de sécurité, sont intervenus.
 
D'autres défenseurs du changement dans le monde arabe ont regardé avec envie comme semaine après semaine, des dizaines de milliers de personnes se sont déplacées pacifiquement pour protester contre le règne continu de M. Bouteflika, qui a été laissé paralysé après un accident vasculaire cérébral en 2013. commencé à la fin de 2010 était enfin en cours de réalisation.
L'Algérie, cheville ouvrière insulaire de la région, est le 10e producteur mondial de gaz naturel et aurait le deuxième plus grand établissement militaire d'Afrique. Il a été l'un des principaux dirigeants des pays non alignés depuis qu'il s'est frayé un chemin vers l'indépendance de la France il y a 58 ans.
L'armée a établi sa prééminence dans la politique peu de temps après, et a été à l'avant-garde ou juste derrière elle depuis. Une guerre civile avec les islamistes dans les années 1990, au cours de laquelle pas moins de 100 000 personnes ont été tuées, a contribué à consolider son emprise.
Les soldats en uniforme sont omniprésents à Alger. Mais lors des manifestations de l'année dernière, les forces de sécurité algériennes n'ont pas ouvert le feu sur les manifestants du Hirak, les deux parties se regardant au contraire dans une impasse méfiante.
Bien que l'armée ait finalement forcé M. Bouteflika et son élite au pouvoir à démissionner, cela n'a pas suffi pour les manifestants. Ils ont exigé une refonte complète de la classe politique du pays, des élections pour une nouvelle assemblée constituante pour remplacer le Parlement discrédité du pays et le retrait définitif de l'armée de la politique.
Ils ont également jugé prématuré la poussée de l'armée en faveur des élections présidentielles. Mais le tout-puissant chef d'état-major de l'armée, Ahmed Gaid Salah , a rejeté le mouvement.
  1. Tebboune, ancien Premier ministre éphémère sous M. Bouteflika, aurait été soutenu à la présidence par M. Gaid Salah. Il a été élulors d'un vote qui, selon les opposants, a attiré moins de 10 pour cent de l'électorat; M. Tebboune a dit que c'était plus de 40 pour cent.
 
Il a commencé par quelques gestes de bonne volonté, libérant certains manifestants détenus. La pandémie a mis fin aux manifestations en mars, et depuis lors, le gouvernement a joué au chat et à la souris avec les restes de Hirak, en libérant certains et en arrêtant d'autres. Des dizaines ont été arrêtés, selon un groupe d'opposition.
 
La pandémie a coïncidé avec le penchant national pour l'insularité, donnant à l'Algérie une excuse supplémentaire pour resserrer ses frontières et empêcher les étrangers d'entrer. Les résultats sont de faibles taux d'infection et de mortalité, peu de porteurs de masques et une absence quasi totale d'étrangers dans les rues délabrées du centre d'Alger.
L'arrestation et la poursuite en justice de l'un des journalistes les plus connus du pays, Khaled Drareni , 40 ans, ont durci l'ambiance dans les rues et semé la peur dans les médias d'information algériens. Rédacteur d'un site Web largement suivi, la Casbah Tribune, et correspondant local d'une chaîne de télévision française, M. Drareni a couvert Hirak avec un mélange d'activisme et de détachement.
«Le système se renouvelle sans cesse et refuse de changer», a-t-il écrit lors du soulèvement de l'année dernière. «Nous appelons à la liberté de la presse. Ils répondent par la corruption et l'argent. »
Cette remarque a exaspéré les autorités. Le 15 septembre, il a été reconnu coupable de «mise en danger de l'unité nationale» et condamné à deux ans de prison .
La scène à l'extérieur du palais de justice ce jour-là est devenue moche.
«Khaled Drareni, journaliste indépendant!» les manifestants ont crié avant que la police n'entre pour les disperser. «Scram!» un officier musclé en civil a aboyé contre les manifestants. Les agents ont regroupé à peu près une jeune femme et un homme plus âgé dans un fourgon de police.
«Il n'avait même pas de carte de presse», a fulminé le président pendant l'interview, présentant M. Drareni comme un activiste aux références douteuses. M. Drareni a cependant interrogé M. Tebboune lui-même, ainsi que le président français Emmanuel Macron.
 
  1. Tebboune a insisté sur un récit opposé au cours de l'entretien de trois heures et demie, affirmant que son pays était désormais «libre et démocratique». Il a par la suite rendu disponible les membres de son cabinet normalement réticents pour des interviews, et a même exigé que le chef d'état-major de l'armée - qui n'est jamais accessible aux médias - accepte d'être interviewé.
«L'armée est neutre», a grogné le général Saïd Chengriha , un vétéran grisonnant de la guerre civile des années 1990 avec les islamistes. Il succède au général Gaid Salah, décédé d'une crise cardiaque en décembre.
«Comment voulez-vous que nous soyons impliqués dans la politique? Nous ne sommes pas du tout formés à cela », a déclaré le général, âgé de 75 ans, s'exprimant dans le vaste complexe militaire dans les hauteurs d'Alger.
Mais des décennies d'histoire ne sont pas si faciles à inverser.
Le général et le président ont déclaré se rencontrer au moins deux fois par semaine pour discuter de la situation du pays, de plus en plus périlleuse en raison de la baisse des prix du pétrole. Bien plus de 90 pour cent des exportations du pays, en grande partie désertique, sont constituées de pétrole et de gaz, et avec une lourde facture de dépenses sociales, l'Algérie aurait besoin de 100 dollars le baril de pétrole pour équilibrer son budget. Le prix oscille dans les années 40.
D'une chose, M. Tebboune est certain: le mouvement de protestation citoyenne est terminé.
"Reste-t-il quelque chose du Hirak?" il a demandé dédaigneusement pendant l'entretien.
Il a parlé de changement, vantant sa nouvelle Constitution, qui limite un président à deux mandats et reconnaît les droits de l'opposition, du moins aux yeux de ses partisans. Mais la semaine dernière, le gouvernement a menacé de priver M. Belabbas, le politicien de l'opposition, de son immunité parlementaire.
Et pour tous les discours sur une nouvelle Algérie, le président a utilisé le vieux langage de l'autocrate lorsqu'il a discuté de la dissidence.
«Chacun a droit à la libre expression - mais seulement de manière ordonnée», a-t-il déclaré. «Il est normal que quelqu'un qui insulte et qui attaque les symboles de l'État se retrouve devant les tribunaux.»
Une révolte algérienne contre les Français il y a 58 ans a échoué faute d'un leader clair. Cette résistance à oindre un chef, une tactique pour minimiser la répression, a maintenant également affaibli Hirak.
 
Les militants qui ont joué un rôle de premier plan ont refusé de s'engager avec les héritiers du dirigeant déchu, y compris le nouveau président.
Derrière de hautes portes métalliques verrouillées, surveillées depuis la rue ensoleillée par des officiers en civil, M. Belabbas a reconnu que les manifestants étaient clairs sur ce à quoi ils étaient contre - l'ensemble du système politique algérien - mais moins sur ce qui devrait le remplacer.
«Nous n'avons jamais réussi à définir ce à quoi nous étions», a déclaré M. Belabbas, qui est à la tête du parti Rassemblement pour la culture et la démocratie et membre du Parlement.
Pris au milieu sont des Algériens ordinaires - sceptiques quant aux demandes de renouvellement de M. Tebboune et de sa nouvelle Constitution, dégonflés par la disparition de Hirak et en colère contre M. Drareni emprisonné.
«Alors, il y a un journaliste qui parle. Vous l'avez mis en prison. Et c'est censé être la démocratie? a demandé Isa Mansour, qui dirige un petit magasin de vêtements dans le quartier populaire de Belouizdad, où le lauréat du prix Nobel Albert Camus a grandi il y a 100 ans.
«Les citoyens en ont assez de toutes ces promesses», a-t-il déclaré. «Vous ne pouvez pas vous attendre à des réformes de la vieille garde. L'Algérie est toujours à la recherche de la démocratie.