Les biens de la famille de Saïd Sadi en France

01/10/2020
Qu'un Ammar Saïdani ou un Bouchouareb ou Cherif Rahmani achète un bien immobilier en France, on crie au scandale. Qu'un oligarque bénéficie des largesses du régime pour se construire des villas et acquérir des appartements, on demande leur tête et certains d'entre eux sont aujourd'hui au trou pour enrichissement illicite.
Mais qu'un Saïd Saadi bénéficie d'un terrain de de 470 m2 dans le quartier si enviée d'El-Biar ou sa famille se paye des biens immobiliers dans la banlieue chic d'Issy-Les-Moulineaux, on doit se taire et ne rien dire. On nous demande même des preuves. Alrs, des preuves vous envoulez? En voici, en voilà.
Commencons par les biens en France. Et ne parlons que des biens doint nous détenons des documents officiels (KBIS et STATUTS enregsitrés).
Il est à noter que les associés de la société MENISU, une Société Civile Immobilière (SCI) a pour associés le fils aîné Ameziane qui était âgé de 29 ans lors de la création de la société et son titre de séjour datait de 3ans, son épouse Djoher sans profession, sa fille Tania, mariée et résidente en Suisse et son autre fille Tafsut était étudiant et résidente en Algérie. Par conséquent s'il y a une personne qui pourrait prétendre à un prêt bancaire c'est bien Ameziane. Faut-il quy'il dispose de garanties suffisantes et avancer un apport conséquent pour obtenir un prêt bancaire. L'investissement (2 appartements dans une coproprité comme démontré dans les tatuts) n'est pas des moindres. Pour éviter toiute équivoque et lever toute suspicion une réponse et des clarifications de M. Sadi sont impératives.