A dieu Mustapha, repose en paix, mon ami

إنا لله وإنا إليه راجعون..

Mon frère Mustapha, j'ai eu du mal à croire le message privé envoyé par ta fille. Rien ne laissait penser que tu allais partir si vite. Jusqu'à il y a 48 heures on échangeait des messages d'humour et on rigolait à fond. Comme je t'ai connu au lycée Thaalibya, à l'âge de l'adolescence et de l'insouciance, tu as toujours été bon vivant, souriant, jovial. Je ne te voyais jamais râler. Toujours, le sourire aux lèvres. Malgré, le temps et les distances géographiques nous sommes restés en contact. Mustapha, ta disparition m'a afflig4. J'ai du mal à croire à ce départ inattendu. C'est moi qui suis malade et hospitalisé et du coup c'est toi qui prend mon billet pour le voyage éternel. Je vois, dur cette page le témoignage d'anciens camarades de classe dont ce sympathique Amar Necib que je surnommais affectueusement, casque allemand. Nous formulons une belle famille venue d'horizons divers du grand Alger. De Bab El Oued, de Belouizdad, d'El Harrach, d'Hussein Dey et j'en passe. Une foule de souvenirs inonde ma mémoire à la seule évocation de ton nom, Mustapha. Je ne te dirais pas reviens. Car la volonté divine est implacable. Mais. Je te dirai tout simplement à bientôt, mon ami et frère Mustapha. Repose en paix. Ta femme, tes enfants et tes proches sont fiers de toi. Je n'ai pas le moindre doute. A bientôt, Mus. Je me permets de publier cet hommage dans monjournal-dz.com pour qu'il ne disparaisse pas dans les fonds d'archives de Facebook mais pour qu'il reste visible à tous les lecteurs de ce journal électronique. Il restera impérissable comme tu le seras à jamais. J'ai du mal à te quitter, Mus. Mais, il faudrait bien que je me rende à l'évidence. A bientôt, l'ami.

Hichem ABOUD
18/11/2020 10H 21